Libérer

Méditation et addictions : une solution qui fait ses preuves

Alors que les addictions maintiennent le cerveau dans un état illusoire, la méditation rattache l’homme à la réalité. Est-il alors possible d’utiliser la méditation comme solution aux addictions ? Dans cet article, nous verrons que cette méthode est déjà utilisée dans des cliniques soignant des personnes en prise avec des addictions. La méditation est un puissant outil contre la dépendance. Voyons comment méditer peut permettre de sortir du cercle vicieux des addictions.

Les addictions : une recherche de l’ailleurs ?

La prise d’alcool, de drogues ou de toutes autres substances modifiant notre conscience nous détachent momentanément de la vie concrète. Lorsque la consommation de telles substances est ponctuelle, il peut s’agir d’une simple envie de déconnecter – ou d’avoir une vision déformée – du présent dans un but récréatif. Lorsque nous entrons dans une situation d’addiction, il existe dans ce cas un manque pathologique à combler ou un besoin, conscient mais le plus souvent inconscient, de fuir la réalité.

Derrière la plupart des formes d’addictions se cache la tentative de réparation de situations traumatiques inconscientes. La dépendance tentera désespérément de combler les vides mais par le caractère éphémère de ces substances addictives, cette tentative sera bien évidemment vaine. A l’instar du mythe de Sisyphe, il faudra renouveler la tentative encore et encore sans résultat définitif. Remettre l’ouvrage en permanence sur le métier à tisser.  Si l’addiction est reconnue majoritairement pour la prise quotidienne de drogues et d’alcool, concernant la prise anarchique de nourriture et la consommation quotidienne de cigarettes, c’est beaucoup plus difficile à admettre par la personne concernée.

Méditation et addictions

Dans un autre registre, l’ingestion de certaines plantes hallucinogènes est parfois effectuée dans le but de vivre une expérience spirituelle. Ces plantes permettraient d’accéder à des zones du cerveau que nous ne sommes pas entraînés à activer par nous-mêmes. Ici encore, l’objectif est l’expérience d’un ailleurs mais surement pas une exploration du réel. 

Être pleinement conscient, c’est être véritablement ancré dans la magie de l’ici et maintenant. Par la consommation de ces plantes, l’homme cherche une fois de plus à expérimenter autre chose que sa vie réelle. La promesse d’un paradis, en empruntant cette voie ne sera encore une fois qu’illusoire.

Pourquoi aller chercher ailleurs ce que nous avons disponible en nous ? Il suffit simplement de s’assoir et de méditer pour laisser tranquillement la plénitude s’installer définitivement. Nous ne sommes pas séparés des autres. Nous ne sommes jamais seuls. Nous ne sommes jamais vides lorsque nous vivons la réalité du présent, mais pour cela il vous faudra expérimenter par vous-même.

Méditation et addictions : une solution efficace

Les addictions et les dépendances peuvent être variées (drogue, alcool, tabac, nourriture, jeu, sexe, etc.). Que l’élément provoquant la dépendance soit extérieur (substance addictive) ou intérieur (facteur psychologique) à l’individu, ce dernier est piégé dans un besoin constant et répétitif qui lui cause un tort physique, psychologique, social, ou autre. Toutefois, avant que les causes extérieures deviennent addictives, il existe le plus souvent au préalable une raison psychologique inconsciente que l’acte de dépendance tentera désespérément de réparer. Le plaisir est éphémère et dans ce cas à renouveler sans cesse. La dépendance c’est l’attachement. La dépendance revient à ne pas accepter ce qui est et tenter de figer le temps dans l’espace du plaisir éphémère qui soulage momentanément la blessure inconsciente.

Depuis plusieurs années, la recherche se penche sur l’utilisation de la méditation comme solution aux addictions. Suite au travail du professeur Jon Kabat-Zinn sur la méditation de pleine conscience, un programme a été spécifiquement pensé pour l’utilisation de la méditation de pleine conscience contre les rechutes dans le cadre de traitements d’addictions (MBRP). La méditation permettrait de déconstruire progressivement les associations mentales générées par l’addiction. La première recherche a été réalisée aux États-Unis sur un groupe composé de 168 personnes, dans une clinique des addictions. Comparativement au groupe témoin soumis au traitement habituel, une baisse considérable de la consommation et de l’envie de consommer a été observée chez les participants au MBRP.

Le docteur Véronique Peim, addictologue en Suisse, utilise la méditation dans ses traitements. Ses recherches révèlent qu’il est effectivement possible de modifier le rapport aux addictions grâce à la plasticité du cerveau. “Le cerveau, parce qu’il y a une plasticité, parce qu’on n’est pas figé, grâce à la pratique de la méditation, va finalement se modifier même si on a une addiction ancienne. Eh bien, petit à petit, les réponses aux stimuli du craving vont être modifiées dans notre cerveau lui-même”.

Méditation et addictions

Méditer pour prendre du recul et avancer plus sainement

Alors que l’addiction implique une perte de contrôle sur nos actions, la méditation se révèle être un puissant outil pour s’en défaire. En effet, la méditation permet de :

  • Reprendre le contrôle de son mental et de ses pulsions. En méditant – et donc en calmant son mental – il devient possible de prendre du recul sur le déclencheur de l’envie et sur les réactions qu’il engendre. En prenant cette position d’observateur, la personne en prise avec l’addiction peut reprendre graduellement le dessus sur sa situation et se défaire de l’automatisme dans lequel elle est emprisonnée.
  • Observer la situation telle qu’elle est. Ceci peut permettre d’accepter les situations d’inconfort provoquées par l’envie en les regardant avec clairvoyance et sans jugement.
  • Recommencer à faire des choix conscients. L’addiction entraîne la perte de choix, puisque la personne qui en est victime agit par impulsion. En méditant, cette personne retrouve sa capacité de choisir ce qui est bon pour elle, et donc de sortir de son état de victime. L’estime de soi est alors largement améliorée puisque la personne se sent à nouveau au volant de sa vie, plutôt qu’en position de passager subissant ce qui lui arrive.
  • Prendre conscience du manque que l’on tente de remplir à travers l’addiction ou de la partie de soi que l’on rejette. En situation d’addiction, il peut être très difficile – et effrayant – d’avoir conscience de la véritable source du problème. Ici encore, la méditation peut permettre, en remettant notre cerveau dans un état de calme et de conscience, de nous faire voir la part de nous qui aurait besoin d’attention.
  • Prendre réellement conscience du danger dans lequel l’addiction enferme. Là encore, il n’est pas toujours évident d’avoir pleinement conscience des conséquences de l’addiction lorsque l’on y est émergé. La méditation permet ce recul nécessaire pouvant insuffler une réelle volonté de s’en sortir.

La méditation est donc parfaitement indiquée comme solution aux addictions. S’il est parfois nécessaire d’avoir recours à d’autres traitements afin de venir à bout d’une addiction, la méditation est, dans tous les cas, une pratique à adopter pour une vie plus saine et équilibrée. Se rattacher à l’ici et maintenant, c’est accepter de vivre ce que la vie nous offre de vivre sans résistance, et donc sans engendrer de souffrance.

Lire aussi : Une alternative aux antidépresseurs

                        Vivre au présent : pourquoi c’est essentiel ?

la méditologie
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 25
  •  
  •  
  • 25
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Cet article comporte 1 commentaire
  1. Françoise dit :

    La méditation est également bénéfique quand on souffre d’acouphènes permanentes ; ce n’est pas une addiction à proprement parler mais plutôt une obsession . Le cerveau est focalisé en permanence sur le bruit qu’il perçoit. Grâce à la méditation, l’esprit l’accepte et s’en détourne jusqu’à l’oublier partiellement par moment ; un vrai bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.