Qu’est-ce qu’un Mandala ? Mandala et esprit d’impermanence

par

Aujourd’hui, le mandala est partout. Symbole ancestral né de l’hindouisme, il est passé d’un puissant outil de méditation au dessin à colorier pour se détendre.

Je vous propose donc de revisiter les origines du mandala afin d’en comprendre la signification, les symboles et son lien étroit avec le concept d’impermanence.

Dans cet article, nous verrons donc :

  • Ce qu’est un mandala,
  • L’origine du mandala et sa symbolique,
  • La conception et la destruction des mandalas de sable dans le bouddhisme tibétain,
  • Le lien entre mandala et esprit d’impermanence,
  • L’utilisation du mandala comme outil thérapeutique dans la psychologie,
  • L’utilisation moderne du symbole du mandala.

1. Histoire et signification du mandala : le cercle aux multiples symboles

Image - Mandala

a. Qu’est-ce qu’un mandala ?

mandala est un terme sanskrit. Sa première signification est le cercle, la sphère. Mais par extension, il signifie aussi l’entourage, la communauté, l’environnement.

Un mandala est une œuvre qui peut prendre de multiples formes. Selon les traditions et les cultures, il peut être peint sur du bois, du papier, du tissu ou un mur. Dans la tradition bouddhiste, il est réalisé avec du sable coloré, comme nous le verrons plus tard.

b. D’où viennent les mandalas ?

Les mandalas sont des œuvres de rituels provenant de l’hindouisme. Dans la tradition hindoue, le mandala est utilisé pour invoquer les divinités.

Le Bouddhisme en a hérité et, dans la tradition bouddhiste, le mandala est utilisé comme outil de méditation et pour différents rites. Il peut aussi être offert par un disciple à son maître afin de lui signifier qu’il est prêt à recevoir ses enseignements.

Dans le Mahayoga tibétain, qui est une pratique méditative du bouddhisme tibétain, le mandala représente le lieu de résidence du divin. La divinité principale se trouve alors au centre du mandala, entourée d’un cortège d’autres divinités.

c. Quelle est la symbolique du mandala ?

Le mandala symbolise l’ordre cosmique et psychique, mais aussi l’unité. Sa forme géométrique circulaire organisée autour d’un élément central représente l’univers, le tout.

Dans le bouddhisme, la confection du mandala est une pratique facilitant l’accès à l’éveil. La fabrication d’un mandala de sable, qui est ensuite détruit après plusieurs jours de travail, symbolise l’esprit d’impermanence.

Le concept d’impermanence est le fait que rien n’est figé, tout évolue et change à chaque instant, en nous comme à l’extérieur de nous.

En effet on comprend, à travers ce travail minutieux et laborieux voué à la destruction, que l’important n’est jamais le résultat, puisque celui-ci est toujours imprévisible. L’important est donc bien le chemin parcouru, symbolisé ici par la présence totale dans l’acte de faire un mandala.

Le chemin – symbolisé par le travail de confection du mandala – est l’instant sur lequel doit reposer toute l’attention.

2. Le mandala de sable dans le bouddhisme tibétain

Mandala sable

Comme nous venons de le voir, dans le Tibet ancien, les moines bouddhistes élaboraient des mandalas avec du sable coloré provenant de pierres semi-précieuses. Cette pratique méditative était un moment d’introspection et d’observation des émotions.

La pratique du mandala est ancestrale, mais aujourd’hui encore, cette tradition se perpétue au Tibet ainsi qu’aux quatre coins du monde.

En plus des pays d’Asie où le bouddhisme est très pratiqué, des moines bouddhistes voyagent et fabriquent des mandalas de sable autour du globe afin de transmettre la culture tibétaine.

a. La fabrication du mandala de sable

La confection d’un mandala de sable requiert généralement le travail de quatre moines. Chacun est assis face au quart de cercle qu’il travaillera.  

En premier lieu, la forme géométrique du mandala est tracée à la craie à l’aide d’une plateforme en bois, avec beaucoup de délicatesse.

Ensuite, chaque moine commence à déposer les grains de sable colorés à l’aide d’un chakpur. Cet outil essentiel à la fabrication du mandala est une sorte d’entonnoir long et fin permettant de déposer les grains de sable avec une grande précision.

Autour du mandala en construction, d’autre moines prient et méditent afin de bénir le mandala.

La construction d’un mandala de sable demande plusieurs jours de travail. En 2015, pour les 80 ans du Dalaï Lama, deux moines tibétains ont travaillé 15 heures par jour pendant 10 jours à la confection du mandala destiné à lui être offert. Le Dalaï Lama l’a béni, puis le mandala a été détruit.

b. La destruction du mandala de sable

Symbole bouddhiste de l’acceptation du caractère éphémère de toute chose, la destruction du mandala de sable se fait avec délicatesse et respect.

La destruction du mandala est une étape essentielle de la cérémonie et elle se fait dans le plus grand silence.

Après avoir rassemblé tous les grains de sable à l’aide de pinceaux, les moines peuvent les utiliser comme offrande spirituelle. Le sable est ensuite dispersé dans une rivière pour retourner à la nature.

3. Le mandala comme outil thérapeutique

Jung-mandala

Carl Gustav Jung (1875-1961), médecin psychiatre suisse et élève de Sigmund Freud, est le fondateur de la psychologie analytique. Ses travaux et son travail psychologique personnel l’ont mené à introduire le mandala dans la psychologie.

Selon Jung, le mandala est le reflet d’un état intérieur. Le mandala serait donc la représentation de la condition mentale et des émotions vécues au moment où le mandala est dessiné.

Le dessin d’un mandala peut donc grandement varier d’un instant à l’autre. Ici encore, nous sommes face à la manifestation de l’impermanence. Les émotions varient et le reflet de celles-ci, sous forme de mandala, ne peut par conséquent jamais être le même.

Carl Gustav Jung considérait les mandalas comme des outils permettant de mettre de l’ordre dans la psyché et, éventuellement, de créer un chemin vers la guérison. Il écrivit, entre 1918 et 1919 :

Tous les matins, j’esquissais dans un carnet un petit dessin en forme de rond, un mandala, qui semblait correspondre à ma situation intérieure. En m’appuyant sur ces images, je pouvais observer, jour après jour, les transformations psychiques qui s’opéraient en moi… Ce n’est que lentement que je trouvai ce que signifie à proprement parler un mandala : Formation, Transformation.*

4. Pourquoi colorier des mandalas ? Le mandala à l’ère moderne

Mandala à colorier

a. Les dérives modernes de l’utilisation du mandala

À l’ère où l’Occident carbure au développement personnel sous toutes ses formes, le mandala se taille une place de choix dans les livres de coloriage pour adultes, les séances de relaxation thérapeutique, et j’en passe.

Là encore, le coloriage de dessins de mandalas permettrait de prendre conscience de son état intérieur, selon le choix de crayons de couleur. Si l’idée peut sembler intéressante, ce type de technique relève surtout de l’activité relaxante, tout au plus.

Le mandala est aujourd’hui utilisé comme un outil de concentration permettant de se détacher des soucis et du stress du quotidien.

Telle une thérapie de Pleine Conscience, le dessin ou le coloriage de motifs de mandala a pour but de ramener l’esprit au moment présent par l’exercice de concentration, en se coupant des tracas du quotidien pour un instant.

Bien entendu, ces techniques n’ont plus rien à voir avec les pratiques méditatives ayant vu naître le mandala dans l’hindouisme et le bouddhisme.

Il va de soi que l’utilisation d’un symbole ancestral aussi fort que celui du mandala dans des outils de développement personnel modernes apporte une dose de crédibilité aux nouvelles techniques de relaxation.

b. Comment ramener l’esprit de la méditation dans le coloriage de mandalas

Vous l’avez compris, le coloriage de mandalas n’est pas une pratique méditative, mais plutôt une pratique de détente.

Cependant, nous savons qu’il est possible d’appliquer l’esprit de la méditation à tout ce que nous faisons, comme à nos tâches ménagères par exemple.

La pratique méditative ne se fait donc pas pendant l’activité même (comme le coloriage, par exemple), mais nous permet d’aborder n’importe quelle activité avec l’esprit d’ouverture, de pleine attention et d’accueil de tout ce qui se présente.

Si le coloriage de mandalas vous plaît, vous pouvez essayer de pratiquer cette activité dans un esprit de libre attention flottante.

Ici, il est important de bien comprendre la différence entre concentration et attention.

La concentration est l’acte de focaliser son mental sur un objet précis, en se fermant à tout le reste. L’attention, au contraire, est la présence totale et ouverte dans l’instant présent. Ainsi, la personne qui agit avec l’esprit d’attention est disponible à tout ce qui se présente dans l’instant présent.

Vous voyez, lorsque nous parlons de concentration, nous parlons de fermeture, tandis que lorsque nous parlons d’attention, nous parlons d’ouverture.

Voilà l’esprit que nous acquérons avec la pratique de la méditation véritable : un esprit attentif et ouvert. C’est dans cet esprit de méditation que je vous propose de pratiquer le coloriage de mandalas, afin de renouer avec les origines de ce symbole, tout en utilisant les outils dont nous disposons aujourd’hui.

Bien entendu, je vous invite d’abord et avant tout à pratiquer la méditation des origines, qui est la méditation que j’enseigne à l’Académie Tangram. Car c’est ainsi que vous pourrez accéder à cet état de présence et d’attention ouverte dans le moment présent.

 

Conclusion

Voilà qui achève ce tour d’horizon de l’histoire, des symboles et de l’évolution du mandala.

Vous voyez, il est toujours intéressant de se pencher sur l’évolution de tels symboles. Car bien souvent, ce que nous voyons aujourd’hui est totalement dénué de leurs significations originelles.

Bien sûr, s’insurger contre l’évolution des pratiques serait contraire à l’esprit d’ouverture et d’acceptation que nous apporte la pratique de la méditation. Cependant, s’intéresser à l’histoire des symboles ayant laissé de fortes marques sur nos pratiques modernes nous permet d’en approfondir la compréhension, pour le simple plaisir d’aller plus loin.

Je vous invite, comme toujours, à me laisser vos commentaires et questions ci-dessous, et je vous retrouve très bientôt sur le blog et derrière les portes de l’Académie Tangram.

 

Christophe

*Source : Mandalas et coloriages : plus qu’un jeu d’été. 11 août 2014. [En ligne]. https://www.relaxationdynamique.fr/mandalas-coloriages-plus-qu-un-jeu/. Consulté le 24 septembre 2020.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.