#lacher Prise

Le lâcher prise


 

Prologue

Vous allez découvrir “ici et maintenant” dans cet article : l’art de réussir sans stress.

Réussir ses objectifs, c’est se soumettre à une forte  pression et le prix à payer est souvent un peu trop élevé. C’est pour cette raison que beaucoup restent dans l’idée, dans le rêve. Entreprendre et réaliser un objectif prend de l’énergie, du temps. L’homme va toujours à l’économie. Il préfère rester dans son domaine de compétences, dans sa zone de confort plutôt qu’agir pour améliorer sa condition.  Agir et créer demandent des efforts que beaucoup ne sont pas prêts à faire. D’autres, par contre, sont dans l’excès, prêts à tout pour réussir. Ils peuvent d’un revers de manche tout balayer sur leur passage et en payer le prix fort. Certains sont même capables de sacrifier un pan entier de leur vie pour mener à bien un projet, occasionnant parfois tristesse et désolation.

Ah que c’est compliqué d’être dans la voie du milieu ! Que c’est complexe de ne pas devenir un intégriste de la réussite !

Comment faire pour mener à bien ses projets sans stress sans jamais renoncer ?

La première condition pour réussir sans stress, c’est de ne pas réussir seul. Entrainer dans ses projets des personnes que l’on apprécie est bénéfique car contempler seul le plus beau paysage en haut de la montagne sans pouvoir le partager ne représente en réalité que très peu d’intérêt. Le collectif d’une réussite apporte le bonheur absolu, c’est une histoire que l’on partagera. 

Qui plus est, nous ne détenons pas toutes les compétences pour réussir. Il faut savoir déléguer à des personnes de confiance avec qui nous partageons des valeurs communes. Déléguer, c’est accepter de lâcher prise, c’est arrêter de vouloir tout contrôler et c’est partager la réussite pour la magnifier, ceci afin d’élever la réussite suffisamment haut pour en faire un art.

Histoire zen de Marseille

Je vais vous conter une petite histoire de pétanque.

Cela se passe à côté de Marseille, en plein après-midi.

Le soleil est au zénith, les cigales chantent et, sur la place d’un joli petit village, deux joueurs : un jeune novice et un vieux joueur de boules taquinent le cochonnet.

Le jeune homme, qui depuis un moment n’arrive pas à marquer de points car ses boules sont un peu trop éloignées du cochonnet, demande à son adversaire :

« Que faut-il faire et ou qu’est-ce que je ne fais pas pour que ma boule arrive à coller au cochonnet ? »

L’expert en pétanque, de 40 ans son ainé, explose de rire et dit : « Pourquoi poses-tu la question à l’envers ? La véritable question est : qu’est-ce qui empêche ta boule de s’approcher du cochonnet ? »

Et en éclatant de nouveau de rire, il ajoute : « Car coller au cochonnet est la vocation de chaque boule. »

Le jeune homme alors repose la question à l’endroit : « Qu’est-ce qui empêche ma boule d’approcher le cochonnet ? »

Et le vieil homme répond : « Deux choses : ton désir de réussir ou, au contraire, ta crainte d’échouer. Tes préoccupations intellectuelles sont la source de ton échec. Si tu laisses juste le geste se faire en te concentrant seulement sur le lancer de ta boule sans pensées, sans but, sans désir, sans fierté et sans peur, alors ton lancer se fera en toute liberté et atteindra son but immanquablement. »

Le jeune joueur, sans plus attendre, envoya sa boule qui retomba et se figea au sol, collée au cochonnet.

Epilogue 

Voilà donc l’état d’esprit que vous devez acquérir pour réussir. Agissez confiant vers votre but sans vous poser la question de l’échec ou de la réussite.

 Je fais une spéciale dédicace à toutes les personnes qui m’accompagnent de près ou de loin dans mon aventure de blogueur et de You Tubeur. Mille mercis à vous tous.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 227
  • 210
  •  
  •  
  • 178
  •  
Cet article comporte 1 commentaire
  1. Salut Christophe,
    J’adore ton conte … Le plus marrant c’est que ça m’est arrivé! Lors d’une après-midi de jeu du bois (le même principe que la pétanque) entre collègues (et oui, ça arrive parfois :D), je ratais clairement mon jeu. Puis j’ai commencé à parler de mon blog avec une de mes collègues qui s’y intéressait. On a parlé de développement personnel, de ces choses de la vie qui font que les événements évoluent dans de belles directions. On a discuté +-20 minutes et lors de ces 20 minutes, j’ai rattrapé tout le monde et j’étais en tête. On s’en est rendu compte après et on a bien rigolé :).
    Lors de notre discussion, je n’avais aucune intention pour le jeu en lui-même. J’étais juste absorbée par un sujet de conversation fort qui me faisait vibrer 🙂 De temps en temps, c’était mon tour et avec amusement je lançais au pif mon bout de bois.

    Merci pour tes contenus qui sont à chaque fois, de beaux éclaircissements sur des thèmes qui nous parle!

    Serena

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.