Méditer En Plein Air 1

Méditer en plein air, une solution pour baisser votre stress

Pourquoi ne pas profiter de ces premiers jours d’été, de ces belles journées chaudes, longues et ensoleillées pour sortir et aller méditer en plein air ? Pourquoi rester enfermé et ne pas changer vos habitudes ?

Respirer le grand air, c’est mieux respirer.

Par répercussion, une meilleure respiration entrainera une meilleure oxygénation de votre cerveau, favorisant ainsi une baisse de votre stress et un retour au calme.

méditer en plein air

A la recherche d’un bel endroit pour méditer en plein air

Pour débuter, partez à la recherche d’un endroit paisible. Trouvez le lieu qui vous convient et regardez tout autour de vous. Prenez conscience de tout ce qui vous entoure. Prenez une grande inspiration et expirez longuement par le nez (cf. article sur la respiration). Répétez trois fois cette respiration profonde, puis étirez-vous. Regardez votre montre et définissez le temps que vous avez envie de consacrer à ce moment de tranquillité pour méditer en plein air. Une fois défini, prenez la posture en fonction de votre souplesse et de vos aptitudes. Adaptez-là, tout en essayant de vous caler le plus possible sur la posture « juste » (travail de tous les jours…) 

 

méditer en plein air

Petit rappel postural

Que ce soit pour méditer en plein air ou dans votre salon, la posture reste invariablement la même : jambes croisées lotus, demi-lotus ou jambes en tailleur en fonction du degré de souplesse. Les fesses posées sur un zafu (coussin de méditation) permettant ainsi le basculement du bassin et l’alignement de votre colonne vertébrale.

Puis, gardez les yeux mi-clos ne reposant sur rien, le menton rentré, les épaules détendues, le ventre souple permettant ainsi une bonne circulation de l’énergie dans le dantiem (zone située 3 pouces en dessous du nombril.)

Pour plus de précisions sur la posture, téléchargez gratuitement mon livre « Les dangers de la méditation » (sur mon blog christophe-lorreyte.fr) dans lequel vous trouverez des précisions sur la posture à adopter pour méditer en toute sécurité.

Laissez passer les pensées comme des nuages dans le ciel

Maintenant que vous êtes installé correctement dans la posture, que votre respiration est calme, il ne vous reste plus qu’à profiter de ce moment présent. C’est un cadeau que vous vous offrez dans cet environnement extérieur agréable.

Demeurez assis, sans bouger. Laissez vos pensées passer comme les nuages dans le ciel. Ne cherchez pas à faire cesser le flot des pensées, ne discutez pas non plus avec elles. Telle est l’attitude juste à adopter. Votre esprit ne doit demeurer sur rien. Il est ouvert sans désir particulier, comme une fenêtre ouverte par laquelle l’air va et vient librement. Oubliez tout idée de profit. Oubliez l’idée même du bien-être que vous apporte la méditation. Oubliez vous vous-même. Laissez vous traverser par la conscience de ce moment présent. Lorsque vous vivez véritablement le présent, le passé (avec les émotions qui lui sont rattachées) éclate comme une bulle de savon et les projections hypothétiques d’un futur fantasmé se volatilisent. Vous vous laissez vivre par ce présent. Vous vivez ainsi la réalité de l’instant. Angoisses, nostalgie, ruminations intellectuelles, scénarios de futur, tout ce théâtre d’émotions fait place à la réalité objective, à l’action du présent qui se vit à travers vous.

Vous faites alors, l’expérience de la liberté.

Méditer en plein air : mon extraordinaire expérience 

Laissez moi vous raconter ce qu’il m’est arrivé un jour de zazen dans les bois. Lors d’une balade, j’avais découvert une superbe clairière à faire pâlir Walt Disney. Je me promis alors de revenir y méditer. Je choisis une belle journée ensoleillée et m’installait sur mon zafu. A demi méditation, j’entendis un bruit. Je relevais les yeux sans un seul mouvement de ma posture et vis une biche à 8 ou 10 mètres de moi. Elle ne me voyait pas, je faisais partie de la nature (par chance le vent était contraire).

méditer en plein air

Elle s’allongea et partagea un moment avec moi. Puis, un bruit lointain l’effraya et elle bondit. Je n’oublierai jamais ce moment de grâce où je suis rentré en résonnance avec la Nature.

Eh oui, lorsqu’il n’y a plus d’égo, vous disparaissez pour vous fondre dans l’univers.

Ancrez la pratique dans votre quotidien

Pratiquez une fois la méditation avec la bonne posture ainsi qu’avec l’attitude juste du mental et c’est toute votre vie qui se voit modifiée. Le regard posé sur vos certitudes en sera bouleversé. Il vous faudra bien-sûr continuer l’exercice de la posture afin de rendre ces changements durables. Mais une seule véritable séance et c’est votre univers entier qui bascule, entrainant une vie plus sereine et moins égotique.

méditer en plein air

Alors pour ceux et celles qui débutent, profitez des beaux jours pour trouver un endroit propice à cette introspection et faites de ce moment de joie une habitude. Renouvelez l’expérience encore et encore et chaque jour prenez ainsi conscience du moment présent.

Quel que soit le temps consacré à pratiquer, je vous encourage à profiter de l’extérieur et à tirer parti de ces journées longues et ensoleillées pour faire le plein d’oxygène et baisser votre niveau de stress.

A vos zafu et bonne méditation (mais y a-t-il de bonnes ou de mauvaises méditations ?) !

Si vous aussi vous avez vécu des moments extraordinaires en méditant en plein air, partagez-les en décrivant votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

méditer en plein air
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 41
  •  
  •  
  • 41
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Cet article comporte 2 commentaires
  1. Pour ma part, j’aime beaucoup méditer face à l’océan, je ressens toute la puissance des vagues et m’en nourris. Je n’ai malheureusement pas beaucoup l’occasion de méditer face à un océan. Sinon j’irais tous les jours ! Ma rencontre inattendue lors d’une séance, c’était pas plus tard que la semaine dernière, je méditais en forêt et une petite grenouille est venu se poser sur ma couverture. C’était magique !

    1. Christophe Lorreyte dit :

      Merci Florine pour ce témoignage de lâcher-prise qui entraine l’osmose avec l’univers tout entier. C’est toujours avec un grand plaisir que j’accueille tes commentaires et tes expériences. Pour finir, une question : était-ce réellement une grenouille ou un prince charmant à qui l’on avait jeté un mauvais sort ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.