Posture de méditation : les 5 points essentiels

par

Saviez-vous qu’il est tout aussi efficace de dormir debout qu’allongé ? Non ? Pas étonnant : personne n’oserait avancer une aberration comme celle-ci !

Eh bien figurez-vous que la même évidence s’applique à la pratique de la méditation : la position que l’on adopte pour méditer est d’une importance capitale.

La méditation ne se pratique ni debout, ni allongé mais bien assis sur un coussin de méditation. Il existe bien sûr des formes de méditation en mouvement, mais pour votre pratique quotidienne, la posture assise est la plus adéquate.

Alors, comment s’asseoir pour méditer ?

Quel agencement des différentes parties du corps permet une meilleure ouverture de l’esprit ?

Voici les 5 points essentiels d’une posture de médiation juste, qui vous accompagnera et évoluera avec vous tout au long de votre pratique méditative.

Posture de méditation : un élément essentiel de la pratique

En méditation, la posture est primordiale. Elle est le socle de la pratique, au sens propre comme au sens figuré. La posture des origines – celle qu’adoptait le Bouddha Sakyamuni, entre autres – n’est pas reliée à quelque croyance que ce soit. Cette posture est une référence depuis des millénaires pour des raisons aussi physiologiques que spirituelles.

Dans son application, la posture doit à la fois être digne, telle une montagne solide et imposante, et souple, le corps ne présentant aucune rigidité. La posture est à l’image de l’activité de l’esprit : l’attention est soutenue mais l’esprit ne repose sur rien, il est calme et détendu. Assis sur un zafu, face à un mur, les yeux mi-clos, le méditant est en introspection tout en conservant une ouverture sur le monde qui l’entoure.

Pour le corps, cette posture est harmonieuse : bien exécutée, elle respecte parfaitement les différentes articulations et ne crée aucune tension. De plus, sa pratique quotidienne participe à l’ouverture des hanches et à l’assouplissement des membres inférieurs. Cette posture favorise également une bonne respiration abdominale : un autre élément essentiel à une pratique juste.

Pour l’esprit, cette posture est une invitation à l’ouverture. Les genoux posés au sol garantissent l’ancrage dans la terre. La colonne vertébrale, parfaitement alignée, se dirige vers le ciel. Ainsi installé, le méditant permet une connexion approfondie entre le corps et l’esprit.

Comment s’asseoir sur un zafu ? Les 5 points essentiels

La posture est composée de 5 points essentiels. Tous participent à l’équilibre parfait du corps et à l’ouverture de l’esprit. Voyons plus en détails ce qui caractérise chacun des points de la posture des origines.

1.   L’assise et les jambes

La posture idéale pour méditer est celle du lotus ou du demi-lotus. Elle se pratique en assise sur un zafu (un coussin de méditation) dont les dimensions seront choisies en fonction de la taille et de la souplesse du méditant. Le postérieur est posé au bord du zafu, permettant ainsi la bascule du bassin vers l’avant. Ce point est essentiel pour l’ouverture des hanches et la position des jambes.

En position du demi-lotus, l’une des jambes est posée sur le sol et pliée de manière que le dessous du pied soit totalement tourné en direction du plafond. La seconde jambe repose sur la première. Le second pied repose sur le haut de la cuisse de la jambe posée au sol, au niveau de l’aine. Le dessous de ce pied est également tourné vers le ciel.

Pour la position du lotus, le début de l’exécution est le même que pour le demi-lotus. Pour compléter la posture, le pied se trouvant au sol doit être monté au niveau du creux de la deuxième aine. Pour les deux postures, il convient de changer le sens des jambes à chaque méditation afin de ne pas créer de déséquilibre dans le corps au fil de la pratique.

S’il vous est difficile de vous placer en position du lotus ou du demi-lotus au début de votre pratique, vous pouvez bien sûr opter pour une posture plus accessible. Assurez-vous cependant de faire évoluer votre posture au fil de votre pratique afin de vous approcher du demi-lotus ou du lotus avec le temps. Pensez à pratiquer des exercices d’assouplissement pour y parvenir. Si votre condition physique ne vous permet en aucun cas de vous asseoir dans l’une de ces postures, vous pouvez pratiquer la méditation sur une chaise.

sasseoir sur le zafu - Posture de méditation : les 5 points essentiels

2.   L’alignement de la colonne vertébrale

Une colonne vertébrale droite est le fondement d’une posture majestueuse et ouverte. Pour cela, commencez par redresser votre dos et ouvrez vos épaules. Pour aligner votre colonne vertébrale, rentrez votre menton de sorte que celui-ci soit dans l’axe de votre nombril. Imaginez que votre crâne est tiré vers le ciel par un fil tout en vous assurant de ne pas créer de raideur dans votre cou. Relâchez votre abdomen.

Le mot d’ordre est le suivant : tenez-vous droit.e sans vous raidir. Rappelez-vous que vous êtes à la recherche d’un équilibre entre tonicité et souplesse.

bonne posture - Posture de méditation : les 5 points essentiels

3.   Les mains

Les mains sont placées devant l’abdomen : la main droite est ouverte, paume dirigée vers le ciel. La main gauche, dans la même position, repose dans la main droite. Les deux pouces se rejoignent et se touchent au centre. Ainsi, les deux mains encerclent un espace vide qui sera placé au niveau du hara (la zone située sous le nombril).

Les tranchants des mains sont au contact de l’abdomen afin de ressentir les mouvements de la respiration. Cette position des mains favorise l’accueil et le ressenti de l’énergie au niveau du hara.

4.   Les yeux

Les yeux ne sont ni fermés, ni grand ouverts. Lorsque les yeux sont fermés, toute l’attention du méditant est portée vers lui-même. Il se coupe alors du monde extérieur. À l’inverse, des yeux grands ouverts sur le monde pendant la méditation détourne l’attention de la pratique.

La méditation est donc pratiquée les yeux mi-clos, assis face à un mur. Le regard ne repose sur rien. Une surface plane telle qu’un mur permet de conserver son attention sur son introspection tout en restant conscient de sa présence dans le monde.

5.   La bouche

La mâchoire est totalement détendue. Les lèvres sont closes : la respiration s’effectue par le nez. Les dents sont desserrées et la langue repose sans effort tandis que la pointe de la langue touche le palais.

Voilà, chers lecteurs, les 5 points essentiels de la posture de méditation que je vous recommande fortement d’adopter pour votre pratique quotidienne.

Après quelques séances seulement, vous comprendrez qu’en réalité, méditation et posture sont indissociables. Alors bonne pratique à vous et surtout, n’hésitez pas à me poser vos questions et à m’envoyer vos commentaires en utilisant la section dédiée ci-dessous. À vos zafus !

Pour aller plus loin…

 Si vous souhaitez approfondir votre pratique, vous trouverez de nombreux conseils utiles dans les articles suivants :

 

Et si vous souhaitez vous rappeler ces 5 points essentiels, voici une infographie résumant l’article.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Leçons de Méditation

Articles en vidéo

Conférence “Initation à la méditation”

Ebook “Comment méditer en évitant les erreurs”

Pin It on Pinterest