Méditation En Mouvement

Méditation en Mouvement | Pourquoi et comment la pratiquer ?

Je vous parle régulièrement de l’importance de la méditation assise dans votre quotidien. Aujourd’hui, penchons-nous sur la pratique de la méditation en mouvement : de quoi s’agit-il et comment la mettre en application ? La méditation en mouvement peut prendre plusieurs formes mais l’objectif reste le même pour toutes les formes de méditation : nous recentrer autour de notre nature véritable. Prêts à méditer en mouvement ? Suivez le guide !

Méditation en mouvement | Bouger dans l’instant présent

Être dans un état méditatif est un choix conscient. De ce fait, vous pourriez être en méditation à chaque instant : il s’agit d’être totalement présent, quoi que vous soyez en train de faire. La méditation ne se limite donc pas à la pratique assise. Cette dernière est indispensable afin d’apprendre à se recentrer dans la posture et la respiration. Je vous encouragerai toujours à vous atteler à votre pratique de méditation assise quotidienne car c’est par cette pratique que vous vous ouvrirez vraiment à l’esprit de la méditation. Pratiquer la méditation en bougeant peut cependant être tout aussi puissant lorsque nous parvenons à conserver cet état de présence absolue en nous déplaçant. Il s’agit d’apprendre à vivre l’instant présent dans le mouvement.

Que nous soyons mobiles ou immobiles, il existe divers mouvements perpétuels dans nos corps. La vie est mouvement, changement, transformation de chaque instant. En pratiquant la méditation en bougeant, nous pouvons prendre conscience de cette vie qui s’exprime en mouvement à l’intérieur et tout autour de nous. Faire partie du mouvement de vie en conscience est une belle manière de s’harmoniser avec la réalité de l’existence. Comme le dit ce proverbe taoïste : “Ne pas abandonner le mouvement pour chercher la tranquillité, mais chercher la tranquillité dans le mouvement”.

Méditer en marchant

La méditation en marchant est la pratique la plus commune de méditation en mouvement. Cette pratique est largement utilisée par les pratiquants du bouddhisme puisqu’elle représente un bon exercice de concentration. Bouddha avait listé les cinq bénéfices principaux de la méditation en marchant :

  • Elle permet de développer son endurance : on apprend à marcher longtemps
  • Elle aide au développement de l’effort
  • Elle est bonne pour la santé : elle permet d’allier exercice mental et physique
  • Elle aide à une bonne digestion
  • Elle aide au maintien de la concentration : parvenir à maintenir sa concentration malgré tous les stimuli extérieurs est un excellent exercice

Où pratiquer la méditation en marchant ?

Comme pour la méditation assise, Le travail de la méditation en marchant consiste entre autre à accepter ce qui est, tout en portant son attention sur la posture et la respiration. Pour débuter, il peut donc être pertinent de pratiquer dans un lieu relativement calme où votre attention ne sera pas trop sollicitée. Aussi, vous pouvez déterminer un nombre de pas à faire (peut-être une quinzaine) et répéter ces mêmes pas en effectuant des allers-retours. Plus vous avancerez dans votre pratique, plus vous pourrez augmenter le nombre de pas et varier les endroits où méditer en marchant.

méditation en mouvement

Je me souviens avoir commencé à expérimenter cette marche méditative lors de mes promenades en forêt, puis dans les villes où je me trouvais. Lorsque vous avez pris l’habitude de marcher en méditant, vous le faites ensuite partout sans distinction. Savez-vous pourquoi ? Simplement parce que peu importe le lieu où vous vous trouvez, qu’il soit calme ou bruyant, c’est en vous que tout se passe.

Comment pratiquer la marche consciente ?

S’il est vrai qu’une pratique régulière de la marche consciente vous permettra de méditer en marchant dans n’importe quel contexte, il convient de commencer en suivant quelques principes tels que ceux-ci :

  • Tenez-vous droit, mais pas raide, comme pour la méditation assise. Optez pour une posture élégante mais détendue;
  • Marchez lentement, rappelez-vous que vous n’allez nulle part si ce n’est au centre de vous-même;
  • Pratiquez le lâcher-prise : vous ne vous concentrez sur rien de précis et vous laissez cette sensation de vacuité vous remplir. Vous n’essayez pas de modifier quoi que ce soit, vous acceptez. La vacuité n’est pas le vide en opposition au plein. Si vous voulez en savoir plus sur ce concept vous pouvez lire cet article Enso, cercle japonais : invitation à la méditation

Méditation et activité physique

Certaines activités physiques sont en fait des pratiques de méditation en mouvement. En voici deux exemples :

  • Le Kyudo, ou tir à l’arc japonais. Kyudo signifie “voie de l’arc”. Dans la pratique du kyudo, il n’existe pas d’esprit de compétition. Le fait même de tirer n’est pas plus important que la posture, la respiration et le lâcher-prise. Ces éléments forment un tout. L’arc a ainsi une valeur hautement symbolique dans l’art du Kyudo, bien plus qu’une valeur d’arme ou d’outil de pratique. À travers l’exercice du kyudo, les pratiquants cherchent à améliorer leurs aptitudes mentales et émotionnelles grâce à la méditation qu’implique cette pratique. Bien au-delà de cette recherche égotique se trouve l’accomplissement ou ce que l’on nomme la voie de l’éveil

Taïkan Jyoji, maître bouddhiste zen français et fondateur du centre d’enseignement du Kyudo La Falaise Verte, l’exprime ainsi :

«La principale différence entre le kyudo et les autres arts martiaux est la lente exécution des gestes, permettant de porter toute son attention sur les enchaînements et la respiration, sur la descente d’énergie dans le hara. Cette partie du corps est considérée, dans la philosophie taoïste,  « comme le chaudron dans lequel on va faire mijoter, pour la cultiver, son énergie.»*

  • Le Tai Chi Chuan, souvent appelé méditation en mouvement. Cette pratique chinoise fait partie des arts martiaux internes. Ceux-ci se différencient des arts martiaux externes (comme le kung-fu, par exemple) par le fait que leur pratique est un travail de l’énergie vitale, le “Qi”, plutôt que l’apprentissage de l’art pur du combat. C’est bien sûr, plus subtil que cela car à l’instar du tao il y a toujours un peu de yin dans le yang et de yang dans le yin. Les mouvements du Tai Chi Chuan, très lents, partent du hara, centre du corps et berceau du Qi. L’objectif est d’harmoniser la circulation de cette énergie vitale dans le corps. Pour tout savoir sur le Qi, c’est par ici : Énergie Chi (Qi) : comment développer et maîtriser son Chi.

Pour terminer sur un autre exemple de méditation en mouvement, je vous invite à consulter mon article sur le lâcher-prise. Vous y découvrirez une histoire de pétanque marseillaise qui donne à… méditer !

Est-ce que la méditation en mouvement vous intéresse ? N’hésitez pas à élargir votre pratique de la méditation en essayant d’autres techniques, mais je vous le rappelle : la méditation assise reste indispensable au quotidien. Dites-moi ce que vous en pensez en commentaires !

*Source : PÉCLET, Jean-Claude. Le kyudo, une “méditation en action” ou l’adversaire est soi-même. Le temps, 21 juillet 1999. [En ligne]. https://www.letemps.ch/sport/kyudo-une-meditation-action-ladversaire-soimeme. Consulté le 13 mai 2019.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Cet article comporte 4 commentaires
  1. Bonjour Christophe

    Merci pour cet article inspirant !

    Je pense déjà avoir pratiqué la méditation en mouvement, enfin seulement si l’on peut considérer qu’une marche contemplative dans la nature où l’on respire profondément et où l’on se recentre sur soi est considérée comme une méditation en mouvement.

    La pratique du Tai Chi Chuan est remarquable et c’est impressionnant lorsqu’il est maîtrisé, il n’est pas improbable que je tente l’expérience de cet art martial interne. 🙂

    À bientôt,

    Bonne méditation

    Pierre

    1. Christophe Lorreyte dit :

      Bonjour et merci pour ton commentaire.
      La méditation …un vaste sujet. Pour ma part, je considère que si la marche méditative dont on parle n’est pas reliée à une pratique quotidienne plus approfondie, il s’agit davantage de relaxation et n’entraîne pas de changement profond. Donc je t’invite à méditer au quotidien.

  2. Merci pour cet article, toujours aussi riche. J’ai été bluffé par la pratique du Kyudo, que je ne connaissais tout simplement pas.
    Il y a quelques années j’ai séjourné le temps d’une nuit dans un monastère, j’avais été surprise d’entendre l’une des sœurs, me dire que leur tâches leurs permettaient de méditer. J’avais toujours crue, ignorante que j’étais qu’il fallait être assis en lotus pour méditer.
    Je suis d’accord avec la liste de Bouddha, pour pratiquer depuis 2011 la marche méditative.
    Par manque de temps, et en suivant tes conseils j’ai un peu délaissé cette dernière au profit de la méditation assise, je n’aurai jamais cru dire ça un jour, mais elle est devenu aussi importante pour moi que la marche méditative, qui me semblait pourtant plus adaptée à mon tempérament.

    1. Christophe Lorreyte dit :

      Salut Michaéline, la méditation assise est essentielle afin de pouvoir méditer dans ses tâches quotidiennes. Je suis heureux d’avoir contribué à ta pratique.
      Amitié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.