Vie Moderne Et Bouddhisme

Bouddhisme et vie moderne

Les traditions bouddhistes, nées il y a quelques 2 500 ans, mériteraient que nous nous penchions sur leur application dans le monde moderne. Je vous propose, dans cet article, de poser un regard bienveillant et réaliste sur la façon dont nous pouvons confronter bouddhisme et vie moderne. La philosophie bouddhiste est-elle compatible avec le rythme et les caractéristiques de nos vies actuelles ? Petit tour d’horizon de quelques traditions bouddhistes et des façons de vivre le bouddhisme au quotidien.

Vénérer son Bouddha intérieur

Bien que le bouddhisme ne soit pas, à proprement parler, une religion (le bouddhisme est non théiste, il n’affirme pas l’existence d’un Dieu), il suggère tout de même la croyance en la réincarnation et la vénération de Bouddha. Ce dernier est “l’être idéal” (lire aussi Bouddha: l’homme parfait/son histoire) qui connait l’éveil et dont il est conseillé de suivre les enseignements pour en faire l’expérience à notre tour. Dans la plupart des traditions bouddhistes, il est normal de vénérer l’image de Bouddha, de lui faire des offrandes et de s’agenouiller devant ses représentations en signe d’adoration. Ces façons d’aborder un chemin de vie ressemblent à s’y méprendre à la croyance en un Dieu tout puissant. En apparence peut-être mais, en pratiquant, le point de vue change. A travers le Bouddha historique, n’apprenons-nous pas à comprendre tous les êtres sans distinction et, de ce fait, ne respectons-nous pas davantage la vie elle-même  ?

bouddhisme et vie moderne

Il est dans la nature de l’Homme de chercher des exemples à suivre afin de fixer ses objectifs en divers domaines. Cependant, il est important de comprendre que le but ultime d’une vie ne devrait pas être de faire la même chose qu’une autre personne, puisque nous ne sommes pas cette personne. S’en inspirer, oui sans aucun doute, cela nous évite de réinventer la roue à chaque génération (principe qui nous différencie de l’animal). Mais copier et reproduire aveuglément, croire sans expérimenter ou tout bonnement répéter sans penser, n’est-ce pas une façon dangereuse de créer des intégristes en tout genre ?

Refuser notre dimension humaine, c’est prendre le risque de s’égarer sur une voie d’illusion de perfection. En ce sens, l’interprétation des textes plus que l’expérience de la méditation ne colle plus tout à fait avec notre monde moderne.

J’entends tellement de belles phrases toutes faites et de concepts sans expérimentation qui se contredisent au regard des vies de ceux qui les colportent que je préfère revenir toujours et encore à la pratique. Je préfère 5 minutes de méditation à dix mille mots car, lorsque l’on médite au quotidien, on ne peut pas tricher. On est ce que l’on est et on en prend conscience.

Le message du bouddhisme devient alors limpide, transparent, simple et évident. Devenir Bouddha n’est plus compris comme devenir un Maître ou un Dieu. Ce n’est pas prendre la place d’un idéal mais s’accomplir pleinement dans sa vie d’homme.

L’objectif (si toutefois au départ de la pratique nous pensons en avoir besoin pour progresser) est de dévoiler notre lumière afin de vivre une vie éclairée.

 Lire aussi : Qu’apporte la méditation ?

S’isoler pour mieux méditer ?

 Afin de contempler la complexité de la nature humaine, Bouddha s’assit au pied d’un arbre, isolé des siens et du reste du monde. Aujourd’hui encore, les moines et nonnes bouddhistes s’isolent pour méditer, souvent pendant de très longues périodes.

Les retraites de méditation sont de plus en plus populaires auprès des occidentaux qui y voient une opportunité de faire une pause dans le temps (lire également Vivre une retraite spirituelle/ témoignage). Si cette pratique introspective et collective peut être très positive en soi, elle n’est pas à la portée de tous et ne correspond pas forcément à la demande générale. Il ne s’agit donc pas toujours d’une réponse à notre monde moderne.

Pratiquer le bouddhisme, c’est avant tout méditer afin de trouver son propre équilibre, vivre en harmonie avec soi-même et avec le monde. Allouer une période quotidienne à la méditation est un grand pas pour soi dans nos vies surchargées et ultra rapides.

méditation pour femme

Bien qu’aller plus loin en faisant une retraite soit une bonne initiative, il n’est pas absolument nécessaire de s’isoler pendant plusieurs jours pour bien intégrer la méditation dans sa vie. Mieux vaut 30 minutes de méditation tous les jours que 10 jours dans un monastère sans continuer la pratique méditative par la suite.

 Le bouddhisme est-il nécessairement chauve ?

Le port de la robe et le rasage du crâne sont des éléments de la tradition demeurés inchangés depuis que le bouddhisme existe. Ces deux points indiquent entre autres que les personnes qui les suivent se sont engagées à vivre sur la voie du bouddhisme. Les nonnes et les moines bouddhistes rasent leurs cheveux, marquant de cette manière leur volonté de détachement à l’instar de Bouddha qui se rasa afin de marquer son changement de vie. Il est aujourd’hui l’une des figures symboliques  de ce détachement.

Bien que l’on puisse comprendre les fondements d’une telle tradition, il ne semble plus désormais indispensable de porter la robe et de se raser le crâne pour introduire le bouddhisme dans sa vie. Avoir du respect pour les traditions qui ont construit le bouddhisme n’empêche pas de l’introduire dans sa vie de la manière correspondant le mieux à la réalité et aux croyances de chacun. Adopter une philosophie de vie est un chemin intérieur, pas forcément l’adoption d’une nouvelle tenue et l’abandon de sa chevelure…

bouddhisme et vie moderne

 

On peut donc, d’une manière très sérieuse, suivre la voie du bouddhisme sans adopter toute sa forme.

Toutefois, ceux qui souhaitent appartenir à la communauté et suivre l’enseignement traditionnel peuvent s’initier en tous points et suivre librement les préceptes bouddhistes dans leur intégralité. Aujourd’hui nous avons le choix du fond comme de la forme.

Bouddhisme et vie moderne : est-ce compatible ?

Si nos vies modernes modifient notre relation à la spiritualité, nous avons toujours besoin – voire de plus en plus ! – de trouver un moyen de nous recentrer. La méditation laïque le permet et nous ouvre également au monde avec davantage de clairvoyance. Sans chercher à nous appuyer sur des éléments extérieurs, nous pouvons, avec la méditation laïque, entretenir la paix qui existe en nous. En nous inspirant des enseignements bouddhistes, nous pouvons trouver la voie vers une vie plus équilibrée et en accord avec ce que nous sommes vraiment, tout en conservant un mode de vie moderne.

Voir aussi : Apprendre à cultiver la paix intérieure

Il est évident qu’une philosophie née il y plus de 25 siècles ne peut pas être applicable à tous et à la lettre au regard de nos vies modernes. Aujourd’hui encore, certaines personnes font le choix d’une vie entièrement dédiée à la spiritualité mais, pour d’autres, le renoncement  à la vie laïque ne fait pas partie de leur vision du monde.  Pour ces derniers n’est-il pas plus souhaitable de chercher à adapter les traditions à la réalité actuelle plutôt que de les voir tourner les talons à une pratique méditative si merveilleuse ?

Faites-moi part de vos avis sur la question en commentaires ! 

Aniki
Partager l'article
  •  
  •  
  • 9
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.