Zoom sur le chamanisme : tout ce que vous devez savoir des pratiques chamaniques

par

Il y a quelque temps, j’ai eu le plaisir d’animer un coaching commun de méditation pour mes élèves : rencontres, assises silencieuses, conversations chaleureuses et remises de diplômes pour la nouvelle promotion Tangram ont rythmé notre weekend.

Lors de ce merveilleux moment, nous avons partagé le lieu de nos retrouvailles avec un groupe de pratiquants, non pas de méditation Tangram, mais d’un autre type de méditation, la méditation chamanique.

La plupart de mes élèves étaient particulièrement interpellés par leur pratique : Que font-ils ? Quelles sont leurs croyances ? À quoi ressemblent leurs rituels ?

Il faut dire que, derrière les portes des salles où ils pratiquaient, nous entendions le son des tambours et devinions des danses rythmées qui donnaient envie d’en savoir plus.

C’est donc suite à cette rencontre que j’ai décidé d’écrire cet article, afin de vous faire découvrir ce qu’est le chamanisme et comment il se traduit dans nos sociétés modernes, loin des tribus et des forêts.

 

1. Qu’est-ce que le chamanisme, qu’est-ce qu’un chaman et pourquoi pratiquer ces rituels ?

Qu'est-ce que le Chamanisme ?

a.  Aux origines du chamanisme

Le terme “chaman” provient de langages parlés en Asie du nord et de l’est.

Cependant, la tradition et les pratiques chamaniques s’enracinent au berceau de l’humanité et sur toute la surface du globe : en Sibérie, au Tibet, dans l’ensemble de l’Asie, en Océanie, dans les tribus amérindiennes mais aussi en Europe.

Le débat reste ouvert, mais certains chercheurs font en effet remonter les origines du chamanisme à la fin du Paléolithique moyen, soit 40 000 ans avant Jésus-Christ

Il est toutefois probable que le chamanisme, qui est étroitement lié aux forces de la nature et aux esprits, soit l’ancêtre des principaux courants spirituels et religieux connus à travers le monde.

Dans l’imaginaire populaire, le chamanisme est souvent associé à de nombreuses pratiques folkloriques telles que les chants, le rythme des tambours et les transes impressionnantes pratiqués dans différentes tribus amérindiennes.

Au début du 20ème siècle, des chercheurs ont commencé à étudier sérieusement les rites et les pratiques du chamanisme à travers les âges.

Mais c’est à partir des années 1960 que le chamanisme s’est véritablement popularisé.

En 1968, l’anthropologue Carlos Castaneda publia ses célèbres romans, dans lesquels il retrace son parcours initiatique auprès d’un chaman amérindien : Don Juan. 

Ces publications et plusieurs autres ont trouvé un large écho dans tout un pan de nos sociétés occidentales, séduites par la pratique du chamanisme.

Maintenant, partons à la découverte de ce que sont réellement le chamanisme et ses pratiques, entre folklore et théories scientifiques.

 

b. Le chaman

Le chaman – ou la chamane – incarne le chamanisme, peut-être plus que n’importe quelle autre figure tutélaire : il est en connection avec la nature et les esprits, il est un guide communautaire, il respecte les traditions et la culture, il transmet son savoir et ses pratiques chamaniques

Ce dernier assure de nombreux rôles dans les sociétés dans lesquelles il officie, et il a de grandes responsabilités puisqu’il est le médiateur entre le monde visible et le monde invisible. 

L’esprit protecteur du chaman lui est attaché tout au long de sa vie et permet à son âme de voyager sur différents plans.

Le chaman a aussi la possibilité d’être en lien avec les esprits d’animaux ou de la nature afin de réaliser des voyages dans leur monde. 

Par un phénomène dénommé “psychopompe”, il détient même le pouvoir de guider les âmes des morts…

Ces voyages parmi les âmes de personnes défuntes lui permettent d’interpréter et de transmettre leurs messages à sa communauté dans un état de transe.

Il délivre ces messages par des paroles, des chants, des musiques ou des cris, afin de faciliter l’échange entre les hommes et les esprits primitifs.

Le chaman est un véritable médium avec le monde surnaturel.

Toujours dans l’idée de vivre au plus proche des esprits, voire de les incarner, le chaman porte des costumes de peau et de plumes, et il utilise des instruments facilitant les transes et les rituels.

Le plus connu de ces instruments est le tambour.

Le chaman est un guérisseur : la médecine chamanique favorise la guérison aux moyens de décoctions, de senteurs et de cérémonies ritualisées.

 

c. Le parcours initiatique du chaman

Devenir chaman n’est pas une œuvre de tout repos, d’autant plus que dans certaines traditions, il ne s’agit pas d’un choix.

C’est l’esprit qui choisit le chaman et il contrecarre les plans de l’individu qu’il a élu, et de sa famille. 

Le futur chaman est éprouvé physiquement et spirituellement lors de rites initiatiques, durant lesquels il meurt symboliquement afin de renaître à sa nouvelle condition de chaman. 

C’est à ce prix que, tel un phénix, il renaît de ses cendres, infusé du savoir des ancêtres et des esprits. Ainsi, il est prêt à guider sa communauté.

Il est intéressant de noter que ce qui est perçu comme une déficience mentale ou un trop plein d’émotivité, dans nos sociétés occidentales, sont des traits qui se retrouvent chez les chamans élus, dans la tradition chamanique. 

Renouer avec les forces de la nature, découvrir son animal totem, utiliser le chant, la transe et la danse pour renouer avec ses semblables et le monde des esprits… voilà donc ce que propose la pratique du chamanisme

 

d. Les bienfaits du chamanisme et de ses pratiques : études scientifiques et états de conscience modifiés 

De récentes études scientifiques se sont intéressées aux particularités de la transe chamanique en tant qu’état de conscience modifié, notamment dans le cadre des sciences cognitives. 

Ces travaux démontrent l’intérêt de ces états de conscience pour mieux appréhender nos vies modernes et notre place dans l’environnement

Le chamanisme offre une variété de pratiques proposant à ses adeptes de se reconnecter à leur inconscient par des pratiques ancestrales en lien avec les esprits et la nature.

À présent, j’aimerais que nous nous penchions davantage sur ce qu’implique la pratique actuelle et occidentale du chamanisme. 

2. Vivre le chamanisme de nos jours : entre folklore et authenticité

Dans l’élan des années 1960, et sous l’impulsion du mouvement New Age, le chamanisme s’est peu à peu vidé de sa substance pour devenir une pratique assimilée au développement personnel, beaucoup plus centrée sur l’individu que sur l’esprit de communauté.

On parle alors de néo-chamanisme, et nous voilà bien loin du chamanisme des origines.

Toutefois, chers lecteurs, voyons comment nous pouvons faire l’expérience du chamanisme dans notre quotidien, sans nous bercer d’illusions.

 

a. Mettre en place des pratiques chamaniques dans sa vie 

pratiques chamaniques

Se reconnecter à la nature et à soi-même dans son quotidien est un préalable aux pratiques chamanistes.

Ce peut-être par l’intermédiaire de promenades en forêt, ou encore par la cultivation d’un potager, par exemple.

Assainir son environnement et nettoyer son “corps énergétique” par l’utilisation d’encens est une pratique largement répandue dans le chamanisme.

Les encens auraient pour vertu de faciliter la transe chamanique et la communication avec les esprits. 

La décoction de plantes naturelles est une autre pratique que le chaman maîtrise.

Il s’agit d’utiliser les vertus des plantes pour créer des infusions naturelles, aux propriétés diverses.

L’une des plus connues est l’infusion de sauge, aux nombreuses vertus thérapeutiques.

Dans un autre registre, l’ayahuasca est une décoction réalisée à base de lianes.

Il s’agit d’un puissant psychotrope permettant de déchirer le voile de la réalité pour investir le monde des esprits

Mais attention, les curieux qui s’y essaient n’en reviennent pas tous indemnes, et je ne saurais trop vous conseiller de vous méfier de la prise de substances psychotropes !

 

b. Participer à des sessions ou à des stages collectifs avec un chaman

stages collectifs avec un chaman

Lors de cérémonies chamaniques, le chaman aide les participants à entrer en résonance avec leurs subconscients et leurs énergies primitives à l’aide d’un tambour frappé à un rythme soutenu.

Ces états de conscience modifiés permettraient de mieux entrer en connexion avec soi, et de se soulager du stress du quotidien.

Le chaman peut aussi proposer des sorties en pleine nature, afin de se reconnecter à la terre et de découvrir son animal totem.

Ce dernier est lié à celui qui découvre le sien, et peut lui apporter des réponses à des questions très concrètes.

Le chaman invite les participants à être pleinement à l’écoute en mettant de côté leurs pensées analytiques, afin de recevoir les réponses nécessaires à leur épanouissement.

De nombreux objets et symboles sont utilisés dans les pratiques chamaniques : la roue de la médecine, le calendrier chamanique, les attrape rêves, les tambours et les costumes… 

Les plus investis dans ces pratiques peuvent, par la procuration de ces objets associés au chamanisme, créer une expérience de vie alternative plus proche de la nature et des esprits primitifs. 

Maintenant, je vous propose de découvrir un sujet qui, vous l’imaginez bien, m’intéresse particulièrement : la méditation chamanique.

 

c. Focus sur la méditation chamanique

la méditation chamanique

La méditation chamanique a pour objet de ne faire qu’un avec le monde qui nous entoure. 

Ici, pas de techniques respiratoires ou de posture. Il s’agit simplement de cultiver un état d’esprit au quotidien. 

L’idée principale est d’accepter la vie telle qu’elle est, et de lui faire confiance.

Il s’agit donc, entre autres, d’accepter l’absence, le vide et le deuil avec bienveillance, et d’utiliser ces périodes pour mieux envisager sa vie et les interactions que l’on a avec le monde qui nous entoure.

L’adepte en chamanisme crée un dialogue avec son environnement pour mieux défaire les nœuds présents en lui

Dans la méditation chamanique, on croit que l’absence et les blessures créent une ouverture, dès lors que l’adepte chaman s’efforce de porter son regard sur ce qu’il n’avait pas perçu auparavant.

Il ne s’agit donc pas de méditation à proprement parler. D’ailleurs les chamans eux-mêmes ne parlent pas de méditation, mais bien d’états méditatifs.

 

3. Ce qu’il faut retenir des pratiques chamaniques modernes

Pratiques chamaniques modernes

Le chamanisme est l’une des traditions les plus riches et universelles qui soient, sans être une religion.

Il puise ses racines et sa vitalité dans les rapports primitifs que l’homme entretient avec la nature et le monde invisible, représenté par les esprits et les animaux totems. 

Comme de nombreux courants, le chamanisme trouve un large écho dans nos sociétés basées sur l’individualisme, la performance et un rapport toujours moins harmonieux avec l’environnement.

Mais comme vous le devinez déjà, acheter un tambour et utiliser quelques encens et décoctions ne sera pas suffisant pour faire une véritable expérience chamanique.

Faire l’expérience du chamanisme exige de trouver un chaman pour vous guider sur la voie du monde des esprits et de la nature.

Mais ici comme ailleurs, les dérives peuvent être nombreuses. Alors si la pratique du chamanisme vous tente, je vous invite à être très prudent·e devant la multiplicité des offres qui vous sont proposées. 

Quant aux méditations guidées chamaniques que l’on trouve un peu partout aujourd’hui, elles peuvent aider à se relaxer dans un univers visuel et sonore inspiré du chamanisme, mais elles sont à prendre pour ce qu’elles sont : des séances de relaxation, et non de méditation.

D’ailleurs, la pratique du chamanisme ne propose aucune assise méditative. Les chamans ne pratiquent donc pas la méditation à proprement parler, mais utilisent les états de conscience modifiés et cultivent leur lien avec la nature et l’indicible.

Comme nous venons de le voir, le chamanisme et la méditation Tangram proposent des voies de réalisation bien distinctes.

La méditation Tangram vous invite à aller à la rencontre de votre véritable nature, lors d’une assise quotidienne et sans artifices.

Cependant, le chamanisme fait partie du patrimoine mondial et nous relie intrinsèquement à ce qu’il y a de plus primitif en nous. 

Il nous rappelle constamment notre lien inaltérable à la nature et à ce que l’on ne peut discerner par la pensée analytique.

Voilà pour aujourd’hui, chers lecteurs. J’espère que vous aurez pris autant de plaisir que moi à vous reconnecter aux forces primitives de la nature, l’espace d’un instant.

À bientôt sur le blog et derrière les portes de l’Académie Tangram pour apprendre à méditer.

Christophe.

Pour aller plus loin…

Vous serez certainement également intéressé par ces articles :

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Formation gratuite “5 leçons de méditations”

Pour trier le vrai du faux et répondre aux 5 grandes questions que tout débutant se pose

Extrait d’une Initiation à la méditation

Pour découvrir la méditation et sa pratique à travers une vidéo explicative

“Comment méditer en évitant les erreurs”

Pour apprendre à méditer sérieusement et éviter les erreurs que font la majorité des débutants

Annuaire des coachs de méditation Tangram

Pour trouver des cours près de chez soi

Pin It on Pinterest

[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]