Découvrir la méditation dynamique : Les 5 étapes d’une pratique libératrice

par

Voici le genre de scène que vous vivrez si vous décidez de participer à une séance de méditation dynamique.

Méditation dynamique

Généralement, lorsque nous évoquons la méditation, nous imaginons une personne assise, immobile et silencieuse.

Mais dans la méditation dynamique, il n’en est rien.

Conçue spécifiquement pour nos besoins modernes, cette pratique permettrait de libérer les tensions dues à notre mode de vie stressant, et à la répression des émotions.

Fondée en 1970 par le gourou indien surnommé Osho, cette pratique est censée libérer les individus de toutes les pensées et émotions qu’ils répriment en eux.

Décrite comme “la méditation du futur” par certains, d’autres plus sceptiques la perçoivent davantage comme un phénomène hippie qui consiste à crier et à gesticuler d’une étrange manière

Alors, existe-t-il un véritable bienfait derrière cette pratique étonnante, ou bien n’est-ce qu’une activité un peu fumeuse, inventée par un personnage pour le moins controversé ?

Voilà ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Pour ce faire, nous verrons :

  • En quoi consiste la méditation dynamique d’Osho
  • L’importance de nous libérer de nos émotions
  • Les 5 phases d’une séance de méditation dynamique
  • La différence fondamentale entre la méditation dynamique et la méditation des origines

 

1. Qu’est-ce que la méditation dynamique d’Osho ?

Osho

Tout d’abord, revenons rapidement sur la création de cette pratique inventée par le chef spirituel indien Bhagwan Shree Rajneesh, surnommé “Osho”.

Ce dernier raconte que c’est en analysant l’être humain du 21ème siècle dans son environnement qu’il a développé cette pratique.

En effet, celle-ci permettrait d’évacuer ses tensions plus facilement : selon lui, jamais nous n’avions connu une époque où l’être humain soit à ce point soumis au stress.

Puisque les techniques de méditation traditionnelle avaient été créées dans des contextes sociaux différents de celui que nous connaissons aujourd’hui en Occident, il fallait donc penser à une méthode nouvelle, et mieux adaptée aux réalités d’aujourd’hui.

Il aura alors fallu plusieurs années à Osho pour mettre au point cette méthode de méditation active, également perçue comme une manière de célébrer la vie.

Son objectif ? Permettre au plus grand nombre d’évacuer toutes ses émotions qui, accumulées, finissent par être néfastes.

« Nous sommes dans une situation tout à fait différente maintenant. L’atmosphère entière, la sphère entière de la pensée a changé. Chaque méthode est organique à une situation particulière, à un esprit particulier, à un homme particulier. Le fait que les vieilles méthodes ne fonctionnent pas ne signifie pas qu’aucune méthode n’est utile. Cela signifie seulement que les méthodes elles-mêmes doivent changer. Telle que je vois la situation, l’homme moderne a tellement changé qu’il a besoin de nouvelles méthodes, de nouvelles techniques. »

Osho

En effet, à force de réprimer nos émotions, ces dernières se transforment en blocages qui finissent par nous empêcher de vivre en harmonie avec nous-mêmes et avec les autres. 

La méditation active d’Osho part donc de ce constat et tente de dissoudre ces blocages, pour nous ramener à notre état naturel et spontané.

Pour ce faire, cette forme de méditation active consiste en un enchaînement d’exercices de respiration accélérée, de mouvements spécifiques et de danse, comme nous le verrons en détail plus loin.

Cette pratique serait, selon son fondateur, un moyen rapide et efficace de casser les automatismes du système corps – esprit et, ainsi, de nous libérer de notre passé.

Mais bien que cette méditation connaisse un franc succès auprès de nombreux adeptes, beaucoup de craintes persistent quant au fait de devoir exprimer ce que l’on ressent de cette manière.

Il n’est effectivement pas facile d’exprimer ses émotions par des gestes, quand il est déjà difficile pour un grand nombre de personnes de les exprimer par de simples mots.

Bien qu’il y ait beaucoup de croyances limitantes derrière tout cela, il est cependant essentiel d’apprendre à exprimer ses émotions, car ne pas le faire peut avoir d’importantes conséquences, autant psychologiques que physiques.

Mais alors, si tant de personnes ont peur d’exprimer leurs émotions, qu’est-ce qui explique le succès de la méditation dynamique ? Comment comprendre qu’une pratique aussi récente arrive à séduire autant de personnes, malgré les multiples scandales qui existent autour de son fondateur ?

2. La méditation dynamique : une réponse à un besoin fondamental de l’être humain

La méditation dynamique : une réponse à un besoin fondamental de l’être humain

La méditation dynamique répond à un besoin fondamental de l’être humain : celui d’exprimer ses émotions.

Dans notre société actuelle, moderne, nous sommes mal à l’aise avec nos émotions : puisqu’il n’est pas facile d’y faire face, beaucoup pensent qu’il vaut mieux les refouler, les dissimuler. 

Et tout commence dès l’enfance

Bien que les mentalités évoluent et s’assouplissent de plus en plus, pour beaucoup d’entre nous, l’éducation a été si forte et rigide que, dès l’enfance, les émotions ont été niées.

Souvent, exprimer ses émotions était plutôt vu comme quelque chose de mal, comme s’il existait une interdiction à ressentir.

Souvenez-vous, étant enfant, du nombre de fois où vous avez entendu des phrases telles que : “Ne pleure pas”, “Si tu te mets en colère, tu seras puni·e”, “On ne se plaint pas”, “Ce n’est pas une raison de t’énerver”, “Ce sont les bébés qui pleurent”, “Ne sois pas triste”, etc.

Alors, en grandissant nous refoulons toutes ces émotions, puisque nous n’avons jamais appris à les exprimer, à les accepter. 

Comme nous avons grandi avec l’idée qu’il était préférable de les rejeter, il est donc plus facile de retenir ses larmes, de refouler sa colère ou de masquer sa peur.

Pourtant, ce ne sont pas les émotions vécues qui conduisent à des actes de violence ou de destruction, mais plutôt les émotions que nous refoulons et accumulons.

Et bien que nous tentions de les glisser sous le tapis, les émotions, elles, continuent de rythmer notre quotidien et sont déclenchées par toutes sortes de situations : la rencontre d’un ami que l’on n’a pas vu depuis des années, ce moment où le héros meurt à la fin du film, une remarque désagréable d’un collègue qui s’est levé du mauvais pied, une convocation du supérieur pour nous proposer une promotion…

Nous sommes constamment envahis par diverses émotions, qu’elles soient agréables ou difficiles, que nous essayons de contrôler pour donner l’impression de garder notre sang froid aux yeux des autres. 

Et puisque toute manifestation affective est jugée comme ridicule ou perçue comme une marque de faiblesse, ou que le moindre excès de colère ou de tristesse est très mal vu, nous sommes sans cesse dans la retenue

Ce qui, à terme, peut même nuire à notre santé globale.

Une étude a d’ailleurs démontré qu’il est impossible d’oublier ses émotions : notre cortex nous permet de les masquer, mais jamais de les effacer

À force d’être réprimées, les émotions risquent donc de réapparaître avec le temps sous différentes formes : dépressions, migraines, phobies, anxiété, maladies psychosomatiques graves…

C’est un peu comme si vous décidiez de mettre un couvercle sur une casserole qui déborde… plutôt que de baisser le feu !

Il est donc essentiel d’apprendre à exprimer ses émotions afin de retrouver l’harmonie de l’esprit et du corps, et c’est ce que propose la méditation dynamique.

Mais alors, comment se pratique-t-elle ? C’est ce que je vous invite à découvrir dans la partie suivante.

 

3. Les 5 phases de la méditation dynamique

Les 5 phases de la méditation dynamique

Bien que la méditation dynamique reste une expérience individuelle, elle est toutefois beaucoup plus puissante si elle est pratiquée en groupe.

De plus, nous savons tous que l’effet de groupe a un impact positif pour les personnes qui appréhendent une activité : accompagné on se sent plus fort, et on a soudain moins peur du ridicule.

Et pour se débarrasser vraiment de la peur du jugement des autres, la méditation dynamique se pratique les yeux fermés ou bandés.

Vêtu·e de vêtements confortables, elle se pratique toujours le matin à jeun : après une nuit reposante, on active le corps pour optimiser l’énergie nécessaire afin de bien démarrer la journée.

La méditation dynamique comprend cinq phases durant lesquelles vous devez rester alerte et continuellement témoin de ce qui se passe en vous :

  1. La phase de respiration (durée : 10 minutes) : C’est la phase de respiration diaphragmatique. L’objectif est de respirer de manière chaotique, c’est-à-dire profondément et rapidement, sans rythme régulier. On accompagne ces respirations par des mouvements naturels du corps.
  2. La phase des émotions (durée : 10 minutes) : Le but est d’exprimer toutes les émotions que vous gardez en vous, celles que vous vous interdisez ou que l’on vous a interdites dans le passé. Si vous ressentez de la colère, criez, hurlez. Si vous ressentez de la joie, riez. Si vous ressentez de la tristesse, pleurez. Durant cette phase, on extériorise tous nos ressentis, on se débarrasse de tout.
  3. La phase des sauts (durée : 10 minutes) : Après avoir déchargé toute son émotion, on se recentre. Le but est de lever les bras et de sauter en criant « hou » à chaque fois que les pieds touchent le sol. Les ondes vont alors se propager depuis les talons jusqu’au périnée puis, accompagnées des cris, finiront par réveiller toutes les énergies du corps. Retenez toutefois que si vous souffrez de douleurs dans le dos ou dans les jambes, il est alors préférable de ne soulever que les talons et de vous laisser retomber sur eux sans détacher la pointe des pieds du sol.
  4. La phase de l’arrêt (durée : 15 minutes) : Il s’agit maintenant de tenir votre dernière position et de rester immobile pour observer simplement ce qui se passe en vous. Vous devenez le témoin de votre corps et de votre mental. 
  5. La phase de la célébration (durée : 15 minutes) : On termine par une danse pour célébrer la vie. Toute l’énergie et la conscience que vous avez éveillées se transforment en joie. Vous êtes ainsi prêt·e à démarrer la journée avec un nouvel état d’esprit.

Cette pratique intense permet de démarrer un processus de dégagement émotionnel et de stimuler l’énergie vitale.

En plus de son effet libérateur, elle permet au corps de se mettre en action en faisant appel à notre propre réserve d’énergie intérieure, à laquelle on ne peut accéder que par un réel lâcher-prise.

 

4. Une pratique libératrice, oui ! Mais est-ce une véritable pratique de méditation ?

La méditation dynamique : est-ce une véritable pratique de méditation ?

Bien que les avis restent assez mitigés au sujet de cette pratique, elle peut toutefois être bénéfique pour les personnes qui réussissent à se prêter au jeu.

Mais rappelez-vous que bien souvent, la façon dont nous imaginons une pratique est bien loin de la réalité

Premièrement, nous avons tendance à imaginer les pires scénarios lorsque nous avançons en terrain inconnu

Mais ce n’est qu’en expérimentant que nous pouvons développer notre propre avis et ainsi savoir si une pratique nous correspond, ou non

Vous l’aurez compris, le but de la méditation dynamique est d’évacuer, de vous décharger de tout ce qui est réprimé en vous : dans notre société où la pression de la réussite et les défis émotionnels se succèdent, il est essentiel de trouver une manière de se libérer du poids des émotions qui corresponde à chacun.

Deuxièmement, j’aimerais que nous nous penchions brièvement sur le terme de “méditation” qu’Osho a décidé d’utiliser pour cette pratique.

Comme nous l’avons vu dans l’explication de ce qu’est la méditation dynamique, cette pratique vise un objectif : celui de s’exprimer librement par le corps, et de laisser jaillir ses émotions.

La pratique de la méditation véritable, quant à elle, se caractérise par un élément central : l’absence de recherche d’objectif, et la simple acceptation de ce qui est, ici et maintenant. 

En effet, c’est par l’abandon des attentes et des désirs d’obtenir quoi que ce soit que l’on parvient peu à peu à se détacher de son ego.

Selon ce point fondamental, nous ne pouvons affirmer qu’il s’agisse d’une pratique de méditation véritable. Cependant, cela ne réduit en rien la valeur de cet exercice qui fait ses preuves depuis de nombreuses années déjà.

Ce que je vous conseille alors, si vous vous intéressez à la méditation dynamique, c’est de la combiner à une pratique quotidienne assise, comme la méditation Tangram (aussi appelée la méditation des origines).

Véritable psychanalyse du silence, la méditation Tangram est la pratique qui mène aux changements les plus profonds. 

À l’inverse de la méditation dynamique, c’est en vous asseyant jour après jour, en silence, que vous apprendrez à vous détacher des désirs et des croyances de votre ego et ainsi atteindre le véritable lâcher-prise.

Voilà mes chers lecteurs, vous savez maintenant tout de la méditation dynamique, et j’espère que cet article vous a plu. 

N’hésitez pas à partager vos commentaires ci-dessous, comme toujours c’est avec plaisir que je vous répondrai.

 

Christophe

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Formation gratuite “7 leçons de méditations”

Pour trier le vrai du faux et améliorer sa pratique (+ accès au “coffre-fort du méditant”)

Extrait d’une Initiation à la méditation

Pour découvrir la méditation et sa pratique à travers une vidéo explicative

“Comment méditer en évitant les erreurs”

Pour apprendre à méditer sérieusement et éviter les erreurs que font la majorité des débutants

Annuaire des coachs de méditation Tangram

Pour trouver des cours près de chez soi

Pin It on Pinterest

[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]
[PDF]