Joie De Vivre

Vivre ses émotions à 200 % / Pourquoi ?

Dans le développement personnel, on vous dit fréquemment de penser positif, d’arrêter de créer des émotions négatives. Eh bien je pense que les personnes qui vous vendent cela sont dans l’erreur et, pire encore, vous induisent en erreur.

Je vais vous expliquer dans cet article pourquoi il est, à mon sens, extrêmement important de vivre ses émotions, c’est-à-dire toute la richesse de la gamme infinie des émotions plutôt que de se cantonner à rechercher uniquement les sensations positives, comme il vous l’est souvent proposé dans le développement personnel contemporain.

Allez c’est parti !

Vivre ses émotions ou ne pas les vivre

Imaginez vous au cinéma. Tous les jours, on vous projette des films drôles. Que se passe-t-il ? Au bout d’un moment, vous finissez par ne plus rire du tout. Si vous ne visionnez tous les jours que des films dramatiques, vous finissez par déprimer. Si ce sont des films d’actions, vous vous crétinisez.

L’humain aime passer d’un univers à un autre et éprouver par le biais du cinéma, de la musique, de la peinture, des arts en général, des émotions qui lui sont souvent inaccessibles dans la vraie vie. Cela lui permet de ressentir de la tristesse, du désespoir, de la joie, de l’adrénaline, de l’amour, etc., par artistes interposés.

Nous souhaitons tous ressentir des émotions différentes mais nous préférons souvent le faire quand nous les choisissons, quand nous les contrôlons. C’est pour cela que l’art, dans un sens très large, nous convient car il nous permet d’éprouver des sensations sans implication réelle.

vivre ses émotions

Vivre ses émotions virtuellement

Mais le virtuel, même s’il nous fait réfléchir et nous impacte, n’a pas la richesse émotionnelle de la vie réelle. Éprouver la sensation délicieuse d’une bonne tarte aux pommes maison n’a rien à voir avec le visionnage d’un spot publicitaire. La peine éprouvée par une rupture amoureuse d’acteurs dans un film, si bien joué soit-elle, n’a rien à voir avec une véritable rupture dans laquelle vous êtes impliqué. Vivre revient à prendre des risques. Pour éprouver de l’amour et vous engager, vous devez peut-être accepter de souffrir un jour. 

vivre ses émotions

Vivre ses émotions et le développement personnel

Dans le développement personnel, on vous dit fréquemment de penser positif, d’arrêter de créer des émotions négatives. Eh bien je pense que les personnes qui vous vendent cela sont dans l’erreur et, pire encore, vous induisent en erreur. Car une vraie vie riche et intéressante doit éprouver toute la gamme des émotions, sans rien rejeter et sans rien chercher. Il convient de rester simplement ouvert aux émotions quelles qu’elles soient.

Cependant, vous devez apprendre à ne pas rester coincé dans une émotion. Il faut savoir éprouver et passer à autre chose. Par exemple, vous éprouvez de la tristesse, c’est normal, éprouvez-la puis passez à autre chose. A propos un excellent site traite de savoir vivre ses émotions et si vous voulez aller plus loin n’hésitez pas à vous rendre sur Vivre ses émotions.fr cliquez ici.

vivre ses émotions

Vivre ses émotions ou la dictature du bonheur

Vous êtes des humains et non des robots. Ne se programmer qu’à éprouver de « bonnes émotions » ne vous apportera pas le bonheur mais en revanche vous déshumanisera. Vous finirez par devenir intolérant avec ceux qui ne sont pas comme vous, qui ne mettent pas tout en place pour diriger leur vie vers ce dit « bonheur ».

C’est la nouvelle dictature du bonheur. Le danger vient des groupes actuels qui ont remplacé les sectes formelles et qui vous mettent en marche comme des soldats en direction d’un même drapeau. Attention car « le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley et l’uniforme du bonheur ne sont pas loin. Certains vous promettent même une vie d’élite où l’argent coule à flot de robinets en or avec, en sus, l’assurance d’être dans le camps de ceux qui ont tout compris.

Méfiez-vous de ces groupes qui se congratulent et se félicitent de faire partie d’un club élitiste et qui regardent les autres de haut ou comme des personnes à sauver. C’est une manière de se donner du pouvoir. N’oubliez jamais que le pouvoir rend fou et vos croyances en ces groupes ou gourous les renforcent. Et je le dis tout fort : là où il y a pouvoir ,il n’y a pas d’amour. C’est antinomique.

Christophe Lorreyte

A retenir

Restons simples ! Nous sommes des humains, alors ne coupons pas le disjoncteur des sentiments pour nous protéger. Acceptons d’éprouver et réapprenons à ne pas tout contrôler, sinon c’est fatal, vous finirez par construire un personnage froid et cynique sans compassion. L’un de mes articles traite de ce problème de façon un peu humoristique, si vous voulez le consulter, cliquez ici.

Nous partageons tous, un point commun : « la souffrance ». Alors ne vous laissez pas abuser par des promesses exubérantes. Il existe de bonnes méthodes pour accepter la souffrance et même parfois s’en libérer, pour jouir de davantage de liberté et faire de sa vie des moments d’amour partagé, une évolution vers la paix et la tolérance. Mais de grâce, ne confondez pas tout !

vivre ses émotions

Soyez libre, inventez-vous, grappillez les méthodes et les expériences de ceux qui vous paraissent être sur la voie que vous avez choisie, réfléchissez, soyez unique, ne copiez pas et surtout ne vous faites pas absorber par ces nouvelles « sectes » qui remplacent le vide que les religions ne comblent plus. Formez-vous et vivez à fond ! Mais surtout comprenez bien que tout est en vous et que votre identité, votre personnalité feront la différence pour réussir une vie épanouie.

Allez, j’attends vos commentaires sur le sujet que vous soyez d’accord ou non,  que vous ayez des expériences à partager ou des questions à poser. Je reste à votre disposition.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.