Mouth 2372008 1920

L’utilité du sourire

 

Je vais traiter dans cet article, d’un pouvoir magique à portée de main, d’un sésame qui ouvre presque toutes les portes et ceci dans de nombreux pays, pas tous vous verrez, mais presque.

De quoi s’agit-il ? Eh bien il s’agit du sourire, une mimique qui, si elle est naturelle, illumine un visage et indique à ceux que vous rencontrez que vos intentions sont positives, que vous venez en paix. Avec un sourire, vous êtes un peu comme un Jedi, vous souriez avec une véritable intention et, hop, même les plus vilains perdent leur virulence et se calment. Vous envoyez le signal et le dragon perd son feu. Le « vilain » du moment va se désamorcer et devenir inoffensif. Les serpents siffleurs vont se taire et le calme va s’imposer. Avec le sourire, vous devenez Merlin l’enchanteur. Enfin, vous l’avez compris, le sourire est magique.

Le sourire : pourquoi ne le voit-on pas plus souvent ?

C’est un peu comme le soleil, quand il y a des nuages, il est caché. Dès qu’il y a des problèmes dans votre vie, oups, il disparaît et votre visage se referme invitant les autres à se retirer. Parfois, certains spécimens mâles de la race humaine pensent que de ne pas afficher de sourire ou rester impassible est une marque de virilité, que faire la gueule impose la crainte et le respect. Regardez les pochettes de CD des rappeurs, il est rare de les voir sourire. Le message véhiculé est souvent celui de la testostérone et de la violence, mais rarement un message de paix. C’est une lutte armée de mots pour exprimer la souffrance et critiquer un système duquel ils se sentent exclus, à tort ou à raison d’ailleurs. Mais, dans tous les cas, ils annoncent la couleur. On voit bien que ce qu’ils ont à proposer ne prête pas à rire et encore moins à sourire. Est-ce un héritage des westerns spaghetti « il était une fois dans l’ouest » et autres ? Le non-sourire devient chez eux culturel comme pour les russes.

Une petite histoire de sourire

Tiens à ce propos, je vais vous conter une histoire qui m’est arrivée cet hiver alors que j’étais en Thaïlande « pays du sourire ». Alors voilà, je suis en short, il fait beau, je mets une belle chemise pleine de couleurs, je la porte comme un drapeau du bonheur. On entend presque une musique de Wald Disney tout autour de moi. Enfin voilà, vous l’avez compris, je suis heureux d’être en vacances et cela se voit. Je me dirige dans cet état de béatitude avancée vers la piscine pour piquer une tête et, face à moi, je vois un grand et large russe. Eh bien oui, facile de les reconnaître en vacances car ce sont à peu près les seuls vacanciers qui ont l’air d’avoir été forcés de partir en vacances. Donc je vois ce grand russe et je le reconnais. Je l’ai vu la veille dans une salle de sport et je l’ai également rencontré l’avant-veille dans un restaurant. Donc au bout de cette troisième rencontre, je lui souris pour lui montrer que je le reconnais et que nous partageons les mêmes endroits (juste un sourire de reconnaissance, pas le sourire avec toutes les dents). Il se retourne, puis, en ouvrant les mains, il me regarde et me dit en anglais : « Do we know each other ? », ce qui veut dire « on s’connaît ? ». Et tout cela bien sûr avec le visage d’un tueur russe. Là tu te dis à ce moment « mais pourquoi suis-je allé sourire à un mec comme ça ? ». C’est le grand moment de solitude, ça te prend là, dans un super moment de tes vacances, et tu te dis : « mais qu’est ce que c’est que ce plan ? ». Car dans mon monde à moi, qui est le vôtre aussi je suppose, quand on sourit dans cette circonstance, cela signifie juste : « Hey coucou, je t’ai reconnu, c’est rigolo le destin et bizarre également car cela fait déjà trois fois que l’on se croise. On a peut-être des points communs, on va peut-être pouvoir être copains ».

Eh bien par pour le russe. Pour le russe, quand tu souris, c’est parce que tu es un véritable ami, tu ne souris jamais pour être poli sinon tu passes pour un fourbe, pour une personne qui dissimule quelque chose. Lorsque tu lui souris alors qu’il n’est pas un intime, il cherche alors la raison pour laquelle tu le fais et en général ce n’est pas bon signe. Mais, à ce moment, je ne le savais pas, je ne connaissais pas ce trait de caractère russe.

Voilà comment finit mon histoire. Je lui réponds « Do you speak english ? » et là il me répond (en anglais) : « Why ? Are you American ? ». Je lui réponds : « No, I am french ». Et là je vois le russe qui se détend un peu et me dit comme tous les étrangers quand on leur dit que l’on est français : « Paris, tour Eiffel ». Un peu comme lorsque vous rencontrez un marocain et que vous lui dites « Ah oui, couscous, chicha ! ». Et là je vois son visage se détendre, pas sourire non, mais se détendre.

Sur ces entrefaites, ma femme, qui avait étudié le russe à l’université, arrive vers moi et lui dit bonjour en russe. A ce moment, je vois ce qui se passe dans la tête de ce gars que je prenais pour un mafieux russe. Il vient d’apprendre en deux minutes que, non seulement je ne suis pas américain (ce qui est pour lui une bonne chose) mais qu’en plus ma femme en parlant sa langue (ce qui est plutôt rare) apprécie la culture russe. Du coup, nous avons pu échanger, boire de la vodka et comprendre ce que je viens de vous expliquer : pourquoi le russe ne sourit pas à un inconnu (surtout s’il le prend pour un américain). Ah oui, ce n’était pas non plus un mafieux russe, mais un paysan de Sibérie. Les a priori ont la vie dure !

Bon enfin voilà, tout ça pour dire qu’il existe des exceptions à la règle.

Le sourire envoie un signal

Mais revenons à la règle de base. Le sourire, à part dans certaines cultures très en marge, marche, il envoie une image sympathique aux autres et vous procure à vous-même de la joie. Eh oui, quand vous souriez, vous vous mettez dans une démarche positive. Le sourire donne à l’homme son humanité.

Quand vous voulez séduire, donc plaire à l’autre, vous souriez. Cela invite à la rencontre, cela dit : « on peut faire connaissance si tu veux ».

Lorsque vous rencontrez une personne pour la première fois, si vous souriez cela vous rend sympathique. Les autres auront déjà un a priori positif. Rappelez-vous que vous n’avez jamais la chance de faire deux fois une bonne première impression. Après ce sera plus dur, il vous faudra ramer plus fort pour récupérer une mauvaise première impression.

Lorsque vous voulez demander quelque chose à quelqu’un, si vous le faites avec le sourire, la personne aura davantage envie de vous faire plaisir.

Le sourire sincère

Alors bien sûr, je vous parle du véritable sourire, du sourire sincère, pas du sourire narquois avec l’œil qui frise en coin et qui a l’air de vous dire « je te juge et tu me fais marrer ». Non, celui-là, il faut l’oublier, c’est le sourire qui se croit drôle mais qui est en fait une agression déguisée.

Je ne vous parle pas non plus du sourire que je nomme « sourire peau de banane ». Vous le connaissez aussi celui-là, c’est le sourire qu’on vous balance sous le pied en même temps qu’une question, alors que celui qui la pose connaît la réponse et veut, soit vous évaluer, soit vous éblouir par sa connaissance. Vous savez, le sourire qui s’accompagne de la phrase : « tu connais le vrai nom de Johnny Halliday ? » suivi de la réponse, avec les yeux qui s’écarquillent : « tu ne connais pas ?!?! » avec la posture du pigeon qui avance son cou.

En fait le seul sourire acceptable est le sourire sincère, le sourire que vous affichez lorsque vous êtes heureux. Eh oui, on y revient à ce fameux bonheur !

Donc apprenez à être heureux et le sourire viendra tout seul. Je ne vais pas vous expliquer de nouveau dans cet article les 4 fondations du bonheur car je l’ai déjà fait dans trois vidéos LIEN. Si cela vous intéresse allez les visionner, vous y trouverez comment parvenir au véritable sourire.

Mais, en attendant, vous pouvez tout de même vous entrainer à sourire car, quand on apprend à sourire, il est prouvé que votre état mental, votre état de santé s’améliore. Vous déstressez et votre corps se relâche. C’est un véritable médicament.

Et lorsque vous verrez ce qui se passe, vous adorerez, vous en redemanderez et votre sourire finira par devenir naturel. Alors bien sûr, ne souriez pas bêtement à tout bout de champs. Mais vous verrez que nombreuses sont les situations dans lesquelles vous pouvez sourire. Vous pouvez aussi vous entrainer, juste pour voir ce que cela provoque chez vous et chez les autres, quelles seront les réactions. Le matin, devant votre miroir, premier sourire et là vous serez sûr que le miroir réfléchira votre sourire à tous les coups. Ensuite accueillez votre conjoint (si vous en avez un) avec un petit sourire pour qu’il débute bien sa journée, car lorsque l’on commence bien la journée, il est plus facile de la continuer de la même manière. Dans les transports, que vous soyez en voiture ou en transport en commun, restez souriant, gardez votre bonne humeur. A votre travail, observez ceux qui n’ont pas vu ma vidéo, regardez les « faire la gueule sans raison », juste parce que c’est habituel. Et franchement, efforcez-vous de ne pas rire en les voyant. Cela sera dur car vous verrez le monde qui vous sépare de ce négativisme ambiant. Vous mesurerez alors l’écart entre vous et les autres.

Et à force d’habitude positive, vous modifierez votre environnement. Alors bien sûr pas sur tout le monde à 100 % car il y a ceux qui ne veulent pas changer, qui sont dans le malheur, la tristesse mais qui ne font rien pour que cela change. Ceux-là sont toxiques. Il s’agit d’egocentriques qui regardent leur malheur et se moquent de la vie des autres (de vous en l’occurrence).

Je ne parle pas de ceux qui sont tristes et qui ont de véritables raisons évènementielles de l’être. Non, je parle des chroniques, des « jamais contents », de ceux qui se complaisent dans la noirceur, ceux qui affichent toute leur vie leur malheur en pensant qu’ils n’ont pas eu de chance. Comme si la chance avait avoir avec ça ! Non, encore une fois c’est un mensonge, la chronicité du malheur c’est un film que l’on se joue. On influe sur nos vies. On est libre d’être qui l’on veut. Il suffit d’appliquer les bonnes méthodes et de choisir le bonheur.

Passez votre chemin, continuez à sourire, n’en déplaisent à certains. Vous n’avez pas de temps pour ça, vous apprenez à être heureux une bonne fois pour toute. Vous savez ce que vous voulez. Donc ne perdez aucune occasion d’apprendre à sourire au resto, au boulot au dodo, partout, souriez à la vie, à vous-même et on vous le rendra dans 70% des cas. Le soir, faites un bilan, et après une journée de test comme celle-ci, impossible de retourner en arrière. Vous améliorez déjà votre quotidien. Et en répétant cet exercice tous les jours, vous deviendrez un expert dans l’art de sourire. Votre perception des autres s’affinera et vous gagnerez en résolution de conflit, en acceptation de vos propositions. Vous deviendrez un Jedi de la communication qui pourra, à l’aide de cette clef, ouvrir les portes les plus hermétiques.

Alors allez-y, faites-le, c’est simple et cela va vous rapporter gros.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 103
  • 147
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.