L’intolérance – Christophe Lorreyte.fr

L’intolérance vous tue !

Ecoutez cette phrase : « La tolérance c’est bon pour la santé… ». Alors cela signifie qu’être intolérant c’est dangereux pour la santé ? EH BIEN OUI…c’est super dangereux. Chaque fois que vous faites montre d’intolérance, vous vous faites du mal. Je vais donc, dans cette vidéo, vous expliquer pourquoi vous avez intérêt à accepter une idée plutôt que de la condamner. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas parce que vous acceptez l’idée que vous devez être d’accord à 100 % avec l’autre. Non, être tolérant ne signifie pas ne pas avoir une idée différente de l’autre. Cela signifie simplement que vous donnez le droit à l’autre d’être diffèrent et d’exprimer son point de vue.

Définitions de la tolérance et de l’intolérance :

Être tolérant, c’est comprendre les raisons de la personne avec qui vous êtes en désaccord, c’est savoir ce qui la motive à faire tel choix différent du vôtre. En somme, c’est réagir avec intelligence et pas comme un « gros bourrin ».

Alors pourquoi l’être humain fait plus souvent preuve d’intolérance que d’intelligence ? Pourquoi sommes-nous le plus souvent dans le rejet des idées des autres plutôt que dans l’intégration d’une nouvelle information ? Pourquoi ne nous enrichissons-nous pas davantage de la différence ?

Eh bien, je vais vous le dire, c’est parce que nous pensons que, lorsqu’une personne exprime une idée différente de la nôtre, cela signifie que l’autre pense que nous avons tort. Alors notre ego se sent agressé, il veut faire entendre sa voix, il veut hurler au monde qu’il existe, qu’il a tout compris et il veut briser la pensée en face qui prône le contraire.

Raisons :

Ah la la !!! Que nous somme misérables lorsque nous réagissons ainsi car c’est une réaction et pas une action créatrice, une réaction à une attaque qui est le plus souvent créée par notre esprit.

Plus la pensée de l’autre nous est étrangère (car il n’a pas la même éducation, pas le même environnement social, pas la même religion, pas la même orientation sexuelle, plus le clivage est grand), plus nous prenons la différence de l’autre comme une agression, une insulte. Nous réagissons comme des forcenés et nous devenons des bombes animées de colère, de rancœur, des bombes symbole de notre étroitesse d’esprit. Nous devenons des fanatiques nous faisant croire à notre bon droit. Nous devenons des super tarés. Et je dis bien NOUS car c’est la tendance de l’humain que de rejeter, de condamner. Regardez au fond de vous et osez me dire que cela ne vous concerne pas !

Que faire pour échapper à cela ?

Eh bien, c’est plutôt simple. Chaque fois que vous vous sentez agressé par la pensée d’un autre, dites-vous que cette pensée de l’autre ne vous engage pas, ne la prenez pas comme une opposition à vous-même mais davantage comme un sujet de réflexion, un enrichissement de votre propre être.

Chaque fois que vous discutez avec une personne, dites-vous qu’elle n’est pas votre ennemi mais une personne qui pense différemment car son vécu la conditionne autrement. Effectivement, nos parents, nos rencontres, nos lectures, les films que nous regardons, tous nos choix nous influencent et déterminent notre façon de penser. Nous sommes issus d’une multitude d’interactions qui nous rendent unique.

Alors, lorsque nous rencontrons une autre personne et que nous échangeons avec elle, acceptons également qu’elle soit unique et qu’elle ne colle pas tout à fait au monde que nous nous sommes créé. Intégrez le fait qu’il n’y a que des vérités relatives. Arrêtez de penser que vous détenez la seule et unique vérité. Arrêtez d’être le Javert des Misérables figeant et condamnant l’humain à perpétuité !

Appel à l’action :

Soyez tolérant,

  • que vous soyez musulman, chrétien, de confession hébraïque ou bouddhiste,
  • que vous soyez né au Niger, en Chine, en Corse, en Bretagne ou à Bouges (ou je ne sais où) ;
  • dans une famille communiste, capitaliste, centriste,
  • que vous préfériez faire l’amour avec des hommes, des femmes ou tout à la fois,
  • que vous aimiez le foot plutôt que le rugby !

Dites-vous que toutes ces différences vous enrichissent, qu’elles permettent une richesse de points de vue. Elles vous élèvent vers la paix et la sérénité. Vouloir que les autres aillent dans notre sens revient à réduire notre champ des possibles, à uniformiser le monde, à le rendre stérile pour l’emmener à sa perte.

Ma position :

  • je prône la différence,
  • je milite pour la tolérance, 
  • je suis pour la richesse des pensées, 
  • je suis pour la confrontation des idées, non pas pour trouver un compromis, mais pour que de nouvelles idées originales voient le jour afin de créer le consensus, 
  • je suis pour la création permanente, 
  • je suis pour le mouvement, pour la vie, pour que la vie s’essaye à de nouvelles expériences.

Et tout cela, bien sûr, dans l’intégrité de la vie, dans l’amour de l’humain.

« Ne pas nuire et instruire » telle est ma devise.

Lorsque vous êtes tolérant, votre ego se calme et rentre en résonance avec l’autre. Alors vous créez de nouvelles pistes et de nouvelles idées. Vous provoquez une chimie positive du cerveau, un antistress. L’amour vous remplit, vous calme. Vous êtes exalté. Vous créez du bonheur.  Tandis que l’intolérance crée l’inverse : colère, stress, rumination, tension qui monte, sueurs, signes de stress du corps.

Alors à vous de choisir maintenant !

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.