Façons De Pensée

Vaincre le trac

L’espoir de vivre sans appréhension face au jugement de soi-même ou des autres est le rêve profond des hommes et pourtant peu sont les élus qui s’en libèrent.

 

1/ OBSERVATION DES SYMPTOMES DU TRAC

Les symptômes du trac interviennent dès l’instant où l’on se sent jugé. Qu’il s’agisse d’un entretien d’embauche (voir article “réussir son entretien”), d’un jury d’examen, d’une animation de groupe ou d’un meeting, dès l’instant où l’on se sent jugé par une ou 10 000 personnes les symptômes apparaissent. Le teint change, le rythme cardiaque s’accélère, la transpiration devient profuse, la voix tremble et les mots sortent dans le désordre.

L’objectif est de faire une bonne impression, de dupliquer une idée ou un texte le plus clairement possible. Pourtant, en raison du trac, on obtient l’inverse de ce qui avait été souhaité.

Alors que s’est-il passé ?

2/ CONSTAT

Eh bien, vous avez opposé deux forces contraires, vous avez lutté contre le trac. En vous battant contre lui, vous l’avez nourri et les symptômes se sont accentués. Encore une fois voilà un exemple où « la guerre est inutile et improductive ».

3/ TRANSFORMATION

Que faut-il faire pour en sortir ?

L’idée est simple : accepter le trac, se laisser traverser par ses symptômes sans paniquer, l’observer simplement. N’ayant aucune aspérité, aucune force contraire à laquelle se raccrocher pour se nourrir, le trac partira comme il est venu et vous serez libéré. Vous deviendrez alors libre d’exprimer ce que vous êtes réellement.

4/ L’EXPERIENCE

Faites-en l’expérience dès maintenant : choisissez une situation à enjeu mineur. Exemple : vous êtes pianiste et vous devez vous produire devant 200 personnes. Commencez par le faire devant 2 ou 3 amis et appliquez la technique, laissez-vous gagner par le trac et observez sans vous y opposer et vous constaterez qu’il ne s’installe pas et disparaît loin de vous. Vous serez libre de réussir brillamment. Marcher sur une poutre à 10 centimètres ou 30 mètres du sol ne change pas la largeur de ladite poutre.

 

Appliquez cet exercice dans n’importe quelle situation de votre vie correspondant à petite échelle à une problématique réelle.

Il m’est arrivé de donner à mes patients soumis au trac de petits exercices quotidiens à pratiquer chez eux. Je leur demande d’emprunter des balles de jonglage et, pendant 15 jours, à raison de 10 minutes quotidiennes, je leur propose de les jeter en l’air et de les laisser tomber sur le sol sans essayer de les rattraper. Il s’agit d’un ancrage de lâcher-prise (faire comprendre au cerveau que rater sa cible n’a aucune importance).

Les quinze jours suivants, lorsque mes patients passent au jonglage, n’ayant plus d’appréhension face à une chute éventuelle, ils lâchent prise sur l’échec. Ceci leur offre une habileté permettant des progrès plus rapides. Ils expérimentent ce fameux lâcher-prise secret de notre propos « comment vaincre le trac ? ».

Bonsoir chez vous les chercheurs de bonheur !

Christophe Lorreyte

 

Ce qu’il faut retenir
1/ Acceptez le trac

2/ Testez votre nouvelle façon de penser par de petits exercices à petits enjeux

3/ Passez à des situations plus difficiles que vous réussirez tout aussi bien

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 5
  •  
  •  
  • 108
  • 112
  • 101
  •  
  •  
  •  
Cet article comporte 2 commentaires
  1. Ton approche du lâcher prise avec l’ancrage de cette sensation est intéressante… laisser tomber la cible et puis jongler plus tard, oui j’aime bien l’idée 🙂

    1. Christophe Lorreyte dit :

      Merci, j’utilise avec succès cette astuce avec mes patients depuis une vingtaine d’années et cela fonctionne bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.